Le conflit s'enlise à Valorena

— 

Ça se complique. Le centre de traitement et de valorisation des déchets de l'agglomération nantaise est paralysé, pour la septième journée consécutive aujourd'hui, par un mouvement de grève. Trente salariés, soit les trois quarts de l'effectif de l'usine, réclament une revalorisation de leur rémunération afin d'atteindre les « salaires moyens » du groupe Sita, duquel ils dépendent. « Nous espérons entamer des négociations avec la direction mais pour l'instant il n'y a aucun dialogue, déplore Patrick Guiziou, délégué syndical CGT. La situation est difficile, mais les salariés sont motivés. » De son côté, le directeur estime que les « augmentations proposées pour 2009 sont plutôt favorables ». « Ce mouvement devient extrêmement grave. Il est temps de retrouver la raison », indique Didier Angibaud. Compte tenu de la grève à Valorena et de la maintenance jusqu'à demain de l'usine d'incinération Arc-en-Ciel à Couëron, les déchets courants de l'agglo sont stockés ou envoyés en Mayenne. ■