Trois pistes après la mort de Jonathan

— 

Un an après la mise en ligne de leur site Internet*, une première en France pour une affaire criminelle, les gendarmes ont annoncé hier détenir « trois pistes très intéressantes » dans l'enquête sur le meurtre du petit Jonathan. L'enfant, âgé de 11 ans, avait été retrouvé en mai 2004 ligoté et lesté d'un parpaing dans un étang de Guérande, après avoir été enlevé dans son centre de vacances de Saint-Brévin-les-Pins. « Grâce au site, nous avons reçu 200 courriels, dont dix ont permis d'apporter des éléments nouveaux », indique le lieutenant-colonel Pierre Poty, qui commande la section de recherches de Rennes.

Outre la piste locale, les enquêteurs travaillent toujours à un rapprochement avec une série d'homicides de jeunes garçons dans le nord de l'Allemagne entre 1998 et 2001. Des « éléments troublants » existent entre les deux affaires, selon le lieutenant-colonel Poty. ■Guillaume Frouin

* www.dossierjonathan.fr