Coronavirus en Pays-de-la-Loire : Pourquoi la cinquième vague démarre plus vite dans la région

CORONAVIRUS L’épidémie de Covid-19 s’accélère dans les Pays-de-la-Loire. La cinquième vague est déjà perceptible, bien plus que dans le reste de l’Hexagone, confirme ce jeudi l’agence régionale de santé (ARS)

P-A.A.
— 
La cinquièm vague de Covid-19 est enclenchée dans les Pays-de-la-Loire. (Illustration)
La cinquièm vague de Covid-19 est enclenchée dans les Pays-de-la-Loire. (Illustration) — JP PARIENTE/SIPA
  • Les chiffres de l’épidémie de Covid-19 confirment une accélération des contaminations en Pays-de-la-Loire.
  • De nombreuses classes d’écoles sont fermées : un record depuis le début de la crise sanitaire.
  • Cette accélération s’explique par plusieurs facteurs selon l’Agence régionale de santé : la météo et l’efficacité du vaccin.

« La vague est bien là, et elle est en phase d’accélération ». Les propos du Dr Pierre Blaise, médecin épidémiologiste de l’agence régionale de santé (ARS) des Pays-de-la-Loire, sont limpides. La situation épidémique de la région ne va pas en s’arrangeant. Pire, l’épidémie de Covid-19 s’amplifie depuis une dizaine de jours. La région fait ainsi partie des mauvais élèves en France métropolitaine, avec un taux de positivité qui atteint les 8 %, contre 3,8 % en moyenne dans l’Hexagone.

Le taux d’incidence, lui, s'élève désormais à 172 cas pour 100.000 habitants en Pays-de-la-Loire. Quelque 243 classes sont également fermées dans l’académie de Nantes. Un chiffre qui n’avait encore jamais été atteint sur ce territoire.

Le poids des clusters de retraités

Comment expliquer la rapidité avec laquelle s’est lancée cette nouvelle vague épidémique dans la région ? Alors que la population ligérienne a largement adhéré à la vaccination, avec 78 % de vaccinés. « La grande différence avec cet été est double : aujourd’hui, on est rentré dans l’hiver, et les températures ont baissé. Ensuite, on s’éloigne de la période où la population a été vaccinée », tente d’expliquer Pierre Blaise, indiquant que les effets du vaccin diminueraient six mois après la première injection.

D’autre part, si l’épidémie a repris « un peu plus tôt qu’ailleurs en France », c’est aussi en raison des nombreux clusters détectés au début de l’automne. « En particulier les thés dansants, les voyages et les activités de retraités. » Si le nombre de contaminations est maintenant en baisse chez les plus de 65 ans, la vague épidémique se fait tout de même ressentir au sein des services hospitaliers. Le nombre de patients Covid en réanimation a dépassé la barre des 30 % (73 patients) dans la région, soit le seuil de vigilance. Trois régions ont atteint ce seuil : le Centre-Val-de-Loire, la région PACA et les Pays-de-la-Loire.