Nantes : Six ans après, le dernier bar à chats de la ville ferme ses portes

PHENOMENE L'établissement, qui permet de boire un verre tout en caressant des matous, fermera définitivement samedi. Le premier « neko café » avait, lui, déjà baissé le rideau

Frédéric Brenon
— 
Elise Jeantet, gérante du bar à chats La Maison d'Elise.
Elise Jeantet, gérante du bar à chats La Maison d'Elise. — F.Brenon/20Minutes
  • Un bar à chats est un lieu où l’on peut se détendre et se restaurer entouré de félins.
  • Deux établissements de ce type avaient ouvert à Nantes en 2015.
  • La Maison d’Elise fermera samedi 6 novembre. Sa créatrice s'oriente vers un autre projet.

« C’était une très très belle aventure. Je m’y suis investie à fond, il y a eu de super moments, mais l’heure est venue pour moi de tourner la page. » Un peu plus de six ans après une installation très remarquée quartier Graslin, Elise Jeantet fermera définitivement les portes de La Maison d’Elise​ samedi soir. Ce « neko café » n’est autre que le dernier bar à chats de Nantes. On peut y boire un verre, y déjeuner ou y déguster une pâtisserie, tout en côtoyant et caressant de véritables matous évoluant librement, en l’occurrence quatre félins de race Maine coon.

L’étonnant concept, venu du Japon, avait atterri à Paris fin 2013 avant de débarquer sur Nantes un an et demi plus tard. Deux établissements similaires s’étaient alors lancés à quelques mois d’intervalle. Le premier, Le Chat L’heureux, situé près de l'hôtel de ville, a baissé le rideau au bout de trois ans. La Maison d’Elise, elle, sera prochainement remplacée par une boutique de vêtements.

« Il y a largement la place sur Nantes »

Sa gérante et fondatrice, qui part pour un « un autre projet professionnel et personnel », cherchait depuis février 2020 un repreneur capable de poursuivre l’activité bar à chats. En vain. La mode serait-elle passée ? « J’ai eu beaucoup de contacts au début, puis le Covid est arrivé. Tout a été bloqué. Je crois que ça a refroidi les envies de beaucoup d’entrepreneurs dans la restauration », estime Elise Jeantet.

Selon elle, le neko café était pourtant une « belle réussite ». « Il y a largement la place pour un établissement comme celui-ci sur Nantes. Les gens aiment le concept de détente et de ronronthérapie. J’avais des familles avec enfants, des retraités, beaucoup d’étudiants… Des habitués comme des curieux. Depuis l’annonce de la fermeture, je reçois d’ailleurs énormément de messages de soutien et de remerciements. Ça fait beaucoup de bien. » Le bar à chats fermera officiellement samedi à 21 heures, après un cocktail.

Et que deviendront les quatre chats Maine coon ? « Ils resteront avec moi évidemment ! répond Elise Jeantet. Ce sont mes chats. Ils rentrent déjà à la maison tous les soirs, ils ne seront pas dépaysés. Mais c’est vrai que les câlins des clients vont peut-être leur manquer. »