Nantes : Jusque là interdites, des trottinettes en libre-service débarquent au nord-est de la ville

TRANSPORTS Un service de location de vélos et trottinettes électriques est officiellement lancé ce lundi dans le secteur de la Chantrerie

Julie Urbach
— 
Un service de location de trottinettes et de vélos électriques s'installe à la Chantrerie à Nantes
Un service de location de trottinettes et de vélos électriques s'installe à la Chantrerie à Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Depuis ce lundi, 20 trottinettes et 20 vélos sont accessibles en libre-service entre Polytech et Gachet.
  • Une solution pour palier un manque de transports dans ce secteur fréquenté par des étudiants, salariés et habitants toujours plus nombreux.

C’est une petite révolution dans le monde des transports en commun nantais. Alors que la Cité des ducs est l’une des seules grandes villes de France à interdire les services de trottinettes (et vélos) en free floating, ces engins vont pourtant officiellement débarquer à partir de ce lundi au nord-est de Nantes. Mais attention, leur utilisation sera particulièrement réglementée… Voici ce qu’il faut savoir.

En quoi consiste ce nouveau service ?

Répartis sur six stations dans le secteur de la Chantrerie, 20 vélos et 20 trottinettes électriques sont désormais accessibles à la location de courte durée. L’objectif de la Semitan, qui pilote cette expérimentation, est de proposer aux étudiants, salariés et habitants toujours plus nombreux à fréquenter le quartier une solution complémentaire de transport, au-delà du terminus du C6, entre l’école Polytech et Gachet. « Les gens renoncent parfois à prendre ce Chronobus car ils ont 800 mètres ou un kilomètre de marche à faire derrière, observe Bertrand Affilé, vice-président en charge des transports à Nantes métropole. Ce service a été travaillé avec les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises. »

Concrètement, comment ça marche ?

Il suffit de télécharger l’application Captain Bike pour accéder au service, accessible à partir de 14 ans. Les 15 premières minutes sont gratuites (le tarif est ensuite de 10 centimes/minute) mais un GPS veillera à ce que vous ne vous aventuriez pas trop loin… « L’usager recevra une notification, puis un appel téléphonique, s’il sort de ce périmètre d’environ 2km2, indique la Semitan. Uné pénalité financière pourra être appliquée. » De toute façon, il faut obligatoirement reposer sa trottinette à l’une des bornes pour mettre fin au trajet (et juste à côté pour les vélos, option choisie pour éviter le risque des stations pleines). Un système d’arrêt minute est cependant prévu le temps de faire une course.

Le service Captain Bike propose aussi des vélos électriques
Le service Captain Bike propose aussi des vélos électriques - C. Blanchard / Semitan

Vingt vélos et vingt trottinettes, c’est assez ?

Comme pour le périmètre, la tarification, l’emplacement ou encore le rééquilibrage des stations, le nombre de matériels en circulation pourra évoluer selon les retours des 20 usagers testeurs chargés d’évaluer le service. « C’est une bonne idée mais le risque est que les premiers arrivés le matin soient les premiers servis », craint déjà Antonin, 28 ans, habitant du centre-ville, qui met 45 minutes (dont une dizaine à pied) pour rejoindre l’école vétérinaire Oniris. Une première évaluation est prévue dans deux mois. L’expérimentation doit quant à elle durer deux ans avec la possibilité, déjà évoquée, de monter à terme à 40 vélos et 40 trottinettes.

Est-ce une première étape à l’arrivée plus massive des trottinettes à Nantes ?

Le service pourra être dupliqué dans d’autres quartiers de l’agglo à la condition qu’il répond à une problématique de transport bien identifiée, répond la Semitan. Mais la métropole assure que sa position au sujet du free floating, vu comme une concurrence déloyale au Bicloo avec un risque d’occupation anarchique de l’espace public, n’a pas évolué.