Nantes veut être « la première collectivité » à offrir « un accès universel » aux protections périodiques

REGLES Cet accès concernera toute personne menstruée, quelque soit son âge, sa situation ou la raison, indique la mairie de Nantes

Julie Urbach
— 
Pour ses règles, une femme utilisera entre 12.000 et 15.000 tampons et autres serviettes hygiéniques dans sa vie.
Pour ses règles, une femme utilisera entre 12.000 et 15.000 tampons et autres serviettes hygiéniques dans sa vie. — L.VENANCE / AFP

La délibération a été adoptée à l’unanimité. Ce vendredi matin, les élus du conseil municipal de Nantes se sont engagés à ce que la ville devienne « la première collectivité à proposer un accès universel aux protections périodiques ».

Alors que de nombreuses initiatives naissent ces derniers temps autour de la précarité menstruelle, la mairie de Nantes veut aller « plus loin » en offrant, d’ici à 2023, la garantie à « toute personne menstruée, quels que soit son âge, sa situation ou la raison (dépannage, etc.), qu’elle pourra se procurer des protections périodiques à moins de quinze minutes du lieu où elle se trouve. »

En coton bio

« L’expérimentation commence dès la fin 2021 par des lieux de solidarité, comme l'espace Agnès-Varda, explique Mahaut Berthu, adjointe au maire (PS) déléguée à l’égalité et à la ville non sexiste. Puis elle se poursuivra par une trentaine d’autres lieux afin de mailler l’ensemble des quartiers. » Des espaces sportifs, mairies annexes, parcs et jardins, voire lieux culturels ou cafés pourront être concernés. « Un objectif de justice sociale » pour la ville qui considère que « la précarité menstruelle a de vraies répercussions sanitaires et sociales ».

Trois types de protections jetables gratuites seront proposés dans ces distributeurs : serviettes, tampons avec et sans applicateur. Mahaut Berthu précise qu’il s’agira de protections intimes « 100 % coton biologique, non blanchies au chlore, sans plastique, ni substance chimique, parfum ou colorant. » Une première évaluation aura lieu dans neuf mois. Le budget pour la première année est de 75.000 euros (installation des distributeurs et communication), indique la mairie.