Nantes : « Un endroit où l’on se sent bien… » L’impressionnante transformation de l’ancienne prison

URBANISME L'ancienne maison d'arrêt, en plein centre-ville de Nantes, a laissé place à un mini-quartier de 158 logements

Julie Urbach
— 
Un nouveau quartier est sorti de terre en lieu et place de l'ancienne maison d'arrêt, à Nantes
Un nouveau quartier est sorti de terre en lieu et place de l'ancienne maison d'arrêt, à Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Le programme de reconversion de l’ancienne prison, appelé « Révélations », a été officiellement inauguré mardi soir.
  • Il propose des logements (pour moitié sociaux), de nombreux espaces végétalisés, une crèche, et accueillera bientôt une salle de spectacles et une offre de restauration.

La transformation est saisissante. Avec un an de retard, le nouveau quartier construit en lieu et place de l’ancienne maison d’arrêt, place Aristide-Briand à Nantes, a été officiellement inauguré mardi soir. Les hauts murs, qui entouraient ce lieu longtemps synonyme de privation et de peine, ont été démolis pour laisser place à une tout autre atmosphère, après près de quatre ans de chantier. Quelque 158 appartements (du studio au six pièces), des jardinières aux balcons, des allées piétonnes végétalisées… De quoi véritablement tourner la page, même si les initiés reconnaîtront peut-être certains détails, comme la forme de la place centrale, inspirée de celle de l’ancienne chapelle.

Plus de 150 logements ont poussé à la place de l'ancienne maison d'arrêt de Nantes
Plus de 150 logements ont poussé à la place de l'ancienne maison d'arrêt de Nantes - J. Urbach/ 20 Minutes

La majorité des 400 nouveaux habitants, qui la voient pour certains depuis leurs spacieuses terrasses, ont déjà pris possession des lieux. Et les avis semblent unanimes sur cet ensemble immobilier, appelé « Révélations » : « on est au calme », « c’est agréable », « c’est bien vert »… des atouts très appréciés, surtout quand ils s’ajoutent à une localisation idéale, en plein centre-ville, à deux pas de l’ancien palais de justice transformé il y a dix ans en hôtel de luxe. « C’est un endroit où l’on se sent bien, se félicite Johanna Rolland, la maire de Nantes (PS). Cette opération est emblématique de ce que nous voulons faire : 50 % de logements sociaux, une végétalisation en cœur de ville, de multiples offres proposées sur place. »

Colocation seniors, verger, spectacles…

La mission du promoteur Cogedim qui a porté ce projet de reconversion à 28 millions d’euros, ainsi que de l'architecte mandataire de l'opération DTACC était aussi de mêler les populations, les usages, les âges… Une crèche associative a donc ouvert ses portes et accueille déjà ses 40 premiers enfants. Juste à côté, plusieurs seniors  vivent en colocation alors qu’un ensemble de huit logements sert de résidence sociale pour des personnes en situation de handicap. Un verger, aménagé le long de l’une des façades, est également ouvert aux riverains des alentours. Tout comme le nouveau parking souterrain des résidents, que peut aussi fréquenter le grand public grâce aux 250 places disponibles.

Une guinguette sera aménagée dans l'ancienne entrée de l'ex prison
Une guinguette sera aménagée dans l'ancienne entrée de l'ex prison - J. Urbach/ 20 Minutes

Mais d’ici à quelques mois, il y aura encore davantage de raisons de venir voir ce qu’est devenue l’ex-maison d’arrêt. Dans l’ancien porche d’accueil, qui donne sur la place Aristide-Briand, sera aménagée une « guinguette élégante » accessible sept jours sur sept. Juste derrière, dans le bâtiment du greffe lui aussi sauvegardé, s'installera une salle de spectacles de 500 à 600 places avec, tout en haut, un restaurant de 150 places, qui proposera « des spécialités ouvertes sur le monde ». Après des difficultés à trouver un porteur de projet, c’est finalement Jérôme Guilbert, déjà patron de plusieurs établissements de nuit, qui sera à la tête de ces « nouveaux lieux de vie à la nantaise ». Leur ouverture est prévue au printemps 2022.