Affaire Steve Maia Caniço : La maire de Nantes, Johanna Rolland, placée sous le statut de témoin assisté

ENQUETE A la suite du décès de Steve Maia Caniço en 2019, la ville et la métropole de Nantes avaient également été placées en juillet sous le statut de témoin assisté

20 Minutes avec AFP
— 
La maire de Nantes Johanna Rolland, le 10 septembre 2021.
La maire de Nantes Johanna Rolland, le 10 septembre 2021. — Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA

Ce n’est pas le meilleur timing pour Johanna Rolland, alors qu’elle vient d’être choisie comme directrice de campagne par la maire de Paris, Anne Hidalgo, dans sa course à l’Elysée. La maire de Nantes a en effet « été placée sous le statut de témoin assisté » dans l’enquête concernant le décès de Steve Maia Caniço lors d’une opération policière controversée à l’occasion de la Fête de la musique à Nantes en 2019, ont annoncé mercredi ses avocats.

Elle « a répondu à l’ensemble des questions et fourni toutes les explications demandées sur la préparation de la Fête de la musique en 2019 à Nantes pour contribuer à la manifestation de la vérité attendue légitimement par la famille et les proches de Steve Maia Caniço », soulignent, dans un communiqué, ses deux avocats, Hervé Témime et Fabian Lahaie.

L’ancien préfet de Loire-Atlantique bientôt entendu

Représentées lors de l’audition par un membre de la direction générale des services, la ville et la métropole de Nantes, dont Johanna Rolland est présidente, avaient été placées en juillet sous le statut de témoin assisté en tant que personnes morales.

L’ancien adjoint à la sécurité de la ville de Nantes, Gilles Nicolas, et l’ancien préfet de Loire-Atlantique, Claude d’Harcourt, doivent aussi être entendus prochainement par le juge d’instruction. Dans un communique mercredi soir, le procureur de Rennes, Philippe Astruc, a apporté les précisions suivantes : « Est convoqué devant le magistrat instructeur dans les prochains jours l’adjoint au Maire de Nantes en charge de la sécurité puis, courant octobre, le préfet de Loire Atlantique au moment des faits ».

« Sous réserve des demandes d’actes complémentaires, des interrogatoires ou confrontations qui seraient nécessaires, le terme de l’instruction pourrait intervenir en fin d’année 2021 ou début 2022 avant que le parquet de Rennes ne soit invité à prendre ses réquisitions (dans un délai de trois mois après le terme de l’instruction) sur un renvoi ou non des personnes mises en cause devant le tribunal correctionnel », précise le magistrat. « La phase de recueil des témoignages et des éléments techniques permettant d’avoir une vision précise du déroulement des faits du 22 juin et des modalités de préparation de la fête de la musique est depuis juin 2021 globalement terminée », rappelle-t-il.

Une chute pendant « l’intervention de la police nationale »

Enfin, si l’analyse des relevés du téléphone de la victime avait permis de situer sa chute dans la Loire à 04 heures 33, « soit dans le temps de l’intervention de la police nationale », « la géolocalisation précise de M. Maia Caniço sur le quai Wilson au moment de sa chute dans la Loire n’a, a contrario, pu être techniquement établie. Les témoignages recueillis permettent cependant de la situer dans la zone dépourvue de barriérage concernée par quatre autres chutes concomitantes à l’intervention de la police », selon le communiqué du procureur.