Le FJT Port-Beaulieu s'ouvre à la modernité

Matthieu Bonamy

— 

Tout nouveau, tout beau. Complètement rénové depuis la fin février, le foyer des jeunes travailleurs (FJT) Port-Beaulieu, boulevard Vincent-Gâche, offre à ses 150 résidents un confort et une modernité appréciables. Jean-Marie, intérimaire de 27 ans, a connu le nouveau et l'ancien bâtiment : « C'est nettement mieux maintenant. On se sent davantage chez nous, tout en gardant une ambiance jeune et décontractée. » La réhabilitation de ce FJT, qui date de 1955, a duré deux ans, durant lesquels l'essentiel n'a pas été de toiletter les locaux.

« Nous voulions créer un véritable lieu de vie qui favorise la mixité sociale et les échanges entre jeunes, tout en préservant leur intimité », explique Jean Brouard, président d'Adélis, l'association qui gère six des huit foyers nantais. Une salle de spectacles, des ordinateurs en accès libre, un espace détente et un restaurant offrent ainsi un panel d'activités élargi.

Profil type du résident : « Un jeune de 22 ans en formation ou avec un CDD, qui cherche un logement de dépannage pour huit à dix mois, détaille Jean Brouard. Nous les accompagnons vers l'autonomie avec des animateurs et des conseillers de l'association. Il y a une sorte de parcours du résident, qui commence avec un encadrement poussé pour stabiliser sa situation. Il devient ensuite plus indépendant. »

Nathalie, 21 ans, et son ami Gwendal, 22 ans, ont connu cette évolution. Installés dans l'ancienne aile du FJT depuis juin, ils ont pu déménager pour partager un logement plus grand. A la recherche d'un emploi dans l'horticulture, ces deux handicapés se satisfont de leur nouvelle autonomie, qui leur permet de découvrir la vie de couple et le monde du travail « en prenant [leur] temps ». Comme le rappelle Bernard Blomme, le directeur de Port-Beaulieu, « le foyer accueille en priorité des jeunes actifs qui ont un projet, professionnel ou personnel. A nous de les guider sur cette voie. » ■