Cri d'alarme avant les expulsions

— 

« Avec la crise, il y a tout un tas de nouveaux pauvres qui vont se retrouver à la rue ces prochaines semaines. La situation a rarement été aussi préoccupante. » Philippe Gallis, membre du collectif Un logement pour toutes et tous, lance un cri d'alarme à l'attention de la préfecture. Le 31 mars, la trêve hivernale s'achèvera et les expulsions locatives pourront reprendre. Dans le département, environ 210 personnes en ont fait l'objet l'an passé. « Ce chiffre va empirer, craint Philippe Gallis. On voit bien que la part du logement dans le budget des locataires prend des proportions énormes. Outre l'arrêt des expulsions, nous réclamons un meilleur accompagnement social pendant la procédure et un maintien des aides en cas d'impayés. » Pour ne rien arranger, plusieurs structures d'hébergement fermeront leurs portes fin mars (Foyer Saint-Martin, prieuré de Vertou, Halte de nuit). « Moins de places pour des besoins identiques, ça va pousser davantage de monde à la rue. » ■ F. B.