L'huile de la tentation

david prochasson

— 

« La meilleure des huiles, pour la friture et les moteurs. » Toute droit sortie de l'imagination des Requins Marteaux, un collectif de dessinateurs, l'huile Meroll fait l'objet d'une expo absurde au Lieu Unique. « Pour la première fois en Europe, la fabuleuse collection de l'homme d'affaires Edouard-Michel Meroll est accessible à tous », prévient l'artiste Franck Ballon, alias Frédéric Felder. Avec Il était une fois l'huile, les Requins Marteaux invitent à se familiariser avec les méthodes et la philosophie d'un industriel qui fit fortune dans les années 1970 : « Comment voulez-vous qu'on crée des emplois si on nous empêche de licencier », peut-on lire sur un mur.

A travers une série d'installations plastiques, les artistes affichent leurs ambitions : « L'ensemble retrace l'histoire de l'huile à travers l'humanité », éclaire Franck Ballon. De la préhistoire au futur, en passant par Hiroshima, l'huile Meroll est partout. Au point de poser une question cruciale : « L'huile est-elle à l'origine de nos civilisations et de la création de l'univers ? » La réponse n'est pas toujours reluisante : « On fonctionne à l'énergie salaire », indique un slogan. Clou du spectacle : une fiction de Winshluss. Aussi délirante que les parodies de Groland, le film s'arrête sur le quotidien des habitants de Villemolle.

Il était une fois l'huile est le prolongement de travaux menés depuis quinze ans par les Requins Marteaux. A l'étroit dans le monde de la bande dessinée, le collectif a décidé dès 2001 de développer son esprit au-delà du neuvième art. Le Lieu Unique avait ainsi accueilli le Supermarché Ferraille, une installation issue des personnages et des histoires inventés par le collectif.

Jusqu'au 3 mai au Lieu Unique. Du mardi au samedi de 13 h à 20 h, dimanche de 15 h à 19 h. Entrée libre.