à la fac de médecine, on soigne les petits bobos des nounours

— 

Depuis hier, 250 enfants consultent à la fac de médecine, dans un hôpital reconstitué de façon ludique. Tous viennent faire ausculter leur peluche, à qui ils ont trouvé un bobo.

« Cette initiative permet de démythifier l'univers hospitalier, de diminuer l'effet "blouse blanche" et d'améliorer la relation médecin-enfant », explique Aude Defois, l'une des responsables de la Corporation nantaise des étudiants en médecine (Cnem). Au passage, les « nounoursologues » en profitent pour délivrer aux enfants des messages de prévention et d'éducation à la santé. Fin des consultations ce soir. ■