Les stocks deviennent critiques

Frédéric Brenon

— 

Dans les allées de l'entrepôt des Restos du coeur, en pleine zone industrielle de Nantes'Est, les caristes et les préparateurs s'affairent autour des palettes de marchandises. Conserves, féculents, céréales, café, sucre, chocolat... Plus de 2 200 tonnes annuelles de denrées de première nécessité sont stockées là avant d'être envoyées dans les 34 centres de distribution de Loire- Atlantique. Ces réserves pourraient toutefois ne pas suffire car, depuis le début de la campagne d'hiver, l'association est confrontée à une explosion des inscrits à l'aide alimentaire.

« Le nombre de bénéficiaires a augmenté de 18 % par rapport à l'an passé dans le département, s'alarme Jean-Philippe Reverdy, coordonnateur des structures d'insertion des Restos. C'est une situation quasi historique, liée sans aucun doute au contexte socio-économique actuel. Il y a certaines populations qu'on voit de plus en plus comme les jeunes, les travailleurs pauvres, les retraités, les Roms. Dans le même temps, les dons alimentaires provenant des groupes industriels sont en baisse. Nos stocks s'épuisent donc à une vitesse très inquiétante. »

Voilà pourquoi l'association organise une collecte dans les supermarchés, demain et samedi. « Cette collecte est notre seul moyen de pouvoir répondre aux besoins au-delà de notre campagne hivernale, raconte Jean-Philippe Reverdy. On manque déjà sérieusement de lait, ainsi que de fruits et de légumes. Peut-être même que cette collecte ne suffira pas et que nous devrons en organiser une seconde. Nous préférerions l'éviter. Quand les gens sont souvent sollicités, une usure s'installe. » ■