Nantes : Le petit film d’animation sur la ville, œuvre du « Voyage à Nantes », est visible à la gare

CULTURE On peut le découvrir depuis quelques jours sur un large écran dans la mezzanine de la gare de Nantes

David Phelippeau
— 
La petite vidéo passe en boucle au fond de la mezzanine de la gare.
La petite vidéo passe en boucle au fond de la mezzanine de la gare. — D.P. / 20 minutes
  • Depuis quelques jours, le film d’animation « Nantes ici Nantes » est visible dans la mezzanine de la gare.
  • C’est l’histoire d’un personnage qui déambule dans Nantes et découvre ainsi « le patrimoine matériel et immatériel » de la ville.

La plupart des voyageurs foncent tête baissée sans y prêter attention. D’autres s’attardent devant comme hypnotisés par les couleurs et les courbes. Depuis quelques jours, un film d’animation, né sous les coups de crayon de Petra Mrzyk & Jean-François Moriceau, est diffusé en boucle sur un large écran dans la mezzanine de la gare de Nantes. L’œuvre du «  Voyage à Nantes » est installée de manière pérenne à cet endroit.

Le nom de ce petit dessin animé de huit minutes ? Nantes ici Nantes. Le concept ? Sans musique et sans dialogue, un personnage, qui ressemble (un peu) à l’ inspecteur Gadget (sauf qu’il a une moustache et que son chapeau et son imperméable sont marrons), se promène dans la ville avec une mallette à la main. Il y croise tous les symboles et lieux les plus connus de la cité des ducs (« le patrimoine matériel et immatériel nantais ») dans « un film qui s’apparente à un voyage, à une odyssée poétique », selon les organisateurs du « Voyage à Nantes ».

« Certains lieux ou monuments, c’est flagrant, confie Patricia, nounou du petit Marcus, qui adore s’arrêter devant le petit dessin animé à chaque fois qu’il va en promenade à pied au Jardin des plantes. On trouve facilement, le théâtre Graslin, la Tour Lu, la Tour Bretagne, le passage Pommeraye​ ou encore les anneaux de Buren. D’autres sont moins faciles à trouver ou alors, il faut regarder le petit film plusieurs fois… » C’est justement ce que vont faire pour la troisième fois d’affilée trois amis (Léna, Léo et Carlos) qui attendent des amis à la gare.

Assis par terre et alors qu’un jeune homme s’essaie au piano sur l’air d’Amélie Poulain, ces trois Nantais ne loupent pas une miette de l’œuvre. « Ça décrit bien la ville, mais il y a tellement de lieux et monuments qui s’enchaînent que c’est difficile de tout trouver », sourit Léna. Certains symboles nantais sont aussi déformés et passent très furtivement. Rendez-vous désormais dans la mezzanine de la gare pour cette « relecture surréaliste de la ville ».