« comme si on faisait une affaire »

— 

L'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir vient de dévoiler les résultats d'une enquête sur la distribution de crédits dans l'agglomération nantaise. Quelques banques et des enseignes de grande distribution, comme Carrefour, Conforama ou Darty, ont été ciblées. Mariannick Pacreau, membre de l'UFC, a constaté que « 80 % des crédits accordés sur les lieux de vente étaient des crédits renouvelables ». Dits revolving, ils sont assez souples et généralement assortis d'une carte de fidélité. Que choisir dénonce la facilité avec laquelle on peut y accéder : « Ils présentent ça comme si on faisait une affaire. On ne se rend même pas compte que l'on s'endette alors que les taux d'intérêt sont très élevés, autour de 20 %. » L'association réclame la suppression de ces crédits sur les lieux de vente, « premier pas vers le malendettement, voire le surendettement ». Plus de 9 000 dossiers régionaux de surendettement auraient été déposés à la Banque de France en 2008. ■M. B.