Nantes : « Elles ont besoin de se sentir exister… » Une association trouve des marraines pour les mamans très seules

SOLIDARITE L’association nantaise « Marraine et Vous » accompagne les mamans solos qui n’ont personne dans leur entourage pour les épauler ou les écouter

Julie Urbach
— 
Une mère et son enfant (illustration)
Une mère et son enfant (illustration) — OLEXANDER ZOBIN / AFP
  • « Marraine et Vous » met en lien des mères seules avec des familles marraines pour leur apporter « ce lien humain essentiel pour prendre confiance et avancer dans la vie. »
  • L’association participe au forum du Printemps des fragilités, samedi.

A 38 ans, elle s’apprête à accueillir son premier enfant. Mais ce qui devrait être une grande joie est un moment teinté d’angoisse pour Elisa*. Cette femme, en rupture avec sa propre mère et arrivée seule à Nantes en plein confinement, n’a personne avec qui partager sa « grossesse surprise ». Alors, même si la démarche n’a pas été facile, elle a frappé à la porte de «Marraine et Vous». Cette association, présente samedi au forum du Printemps des fragilités, met en lien des mères seules avec des familles marraines pour leur apporter « ce lien humain essentiel pour prendre confiance et avancer dans la vie. »

Alors qu’un enfant sur cinq vit dans une famille monoparentale, cette structure décrite comme « inédite » s’adresse à des femmes qui n’ont personne dans leur entourage pour les épauler ou les écouter au quotidien. « C’est catastrophique à quel point elles sont isolées, observe la fondatrice et présidente Hélène Despagne. Cela touche toutes les couches de la société. De la petite jeune en rupture familiale et amicale à la maman de 40 ans qui n’a consacré sa vie qu’au travail. » Un manque qui se manifesterait davantage à l’arrivée d’un enfant. « La maternité est une période fragilisante où les liens superficiels ne durent pas, estime Anne-Laure Des Noës, la responsable de l’antenne nantaise. Entre la fatigue, la dépendance au bébé… Les mamans ont pourtant besoin de se sentir exister aux yeux de quelqu’un d’autre. »

« Une vraie relation de confiance »

Pour rompre cet isolement, l’association propose donc aux mères qui le souhaitent de les mettre en contact avec une famille avec enfants. Au fur et à mesure, une relation se tisse, entre coups de téléphone, sorties au parc, envoi de cartes postales, petits services rendus, ou anniversaires célébrés tous ensemble. « C’est un lien amical, il ne se passe pas une semaine sans que l’on ne se donne des nouvelles, raconte Virginie*, qui accompagne une jeune femme depuis un an et demi. C’est aussi une vraie relation de confiance : je l’aide à prendre des décisions sur des sujets qu’on aborde normalement avec son conjoint ou ses parents. Je sais qu’elle m’a inscrite comme personne à prévenir en cas d’urgence, à la crèche. »

En huit ans, près d’une soixantaine de binômes ont été formés grâce à sept bénévoles, dont des psychologues, qui recrutent, conseillent et forment à l’écoute les familles marraines. Et ça semble très bien se passer pour Milène, 24 ans, qui a trouvé au fil des années « une copine, voire une maman » qui « connaît m [s] a situation et ne me [la] juge pas ». Elisa, elle, a déjà vu deux fois sa famille marraine, avec qui elle a pu bricoler dans la chambre du futur bébé. « Pour moi, un enfant ne s’élève pas seule, confie cette femme dans un sourire timide. Etre entouré, passer de bons moments, c’est très important pour qu’il puisse bien s’épanouir. »

L’association, qui recrute de nouvelles familles, vient d’ouvrir deux nouvelles antennes, l’une à Paris et l’autre à Lyon.

*les prénoms avec un astérisque ont été modifiés à la demande des personnes concernées.