Nantes : Après 109 jours sur place, les occupants du théâtre Graslin ont quitté les lieux

MOBILISATION Les intermittents du spectacle qui occupaient les lieux depuis le 10 mars ont mis « en pause » leur mouvement

Julie Urbach
— 
L'agora, chaque début d'après-midi, est un moment fort du théâtre Graslin occupé.
L'agora, chaque début d'après-midi, est un moment fort du théâtre Graslin occupé. — F.Brenon/20Minutes

Clap de fin. Après 109 jours d'ocupation, les intermittents du théâtre Graslin, en centre-ville de Nantes, ont finalement quitté les lieux d’eux-mêmes samedi après-midi, dans une ambiance festive.  Depuis le 10 mars, plusieurs dizaines de professionnels du spectacle se relayaient jour et nuit, sur les marches de l’opéra mais également à l’intérieur, pour dénoncer le manque de moyens alloués au secteur.

« Notre mouvement d’occupation a sorti le monde de la culture de sa torpeur et lui a rendu sa dignité », estime le collectif. Se félicitant de la suspension par le Conseil d’Etat de la réforme de l’assurance chômage, les occupants demandent toujours « un plan massif de soutien à l’emploi culturel ».

Une « pause estivale »

Cette semaine, alors que la discussion était un temps mal engagée entre le collectif et la direction (qui menaçait d’annuler la fin de la saison) plusieurs représentations ont eu lieu alors que l’occupation se poursuivait. Les professionnels mobilisés, qui parlent d’une « pause estivale » et non de la fin du mouvement, se sont d’ores et déjà donné rendez-vous à la rentrée afin de continuer « à faire entendre nos voix pour sauver nos métiers ».