Nantes : Au fait, pourquoi se baigner dans l’Erdre est-il interdit ?

PLOUF Chaque année quand il fait chaud, de jeunes Nantais n'hésitent pas à piquer une tête dans l'Erdre, où la baignade est pourtant interdite

Julie Urbach

— 

Vue de l'Erdre, en centre-ville de Nantes, en 2017
Vue de l'Erdre, en centre-ville de Nantes, en 2017 — S. Salom Gomis/ SIPA
  • Eau pas assez transparente, cohabitation avec les bateaux... Plusieurs obstacles existent à la baignade dans l'Erdre.
  • Il faut aussi ajouter les cyanobactéries, toxiques lorsqu'elles prolifèrent.

Ces derniers jours, comme chaque année lorsque les températures remontent à Nantes, des jeunes gens n’hésitent pas à piquer une tête dans l’Erdre pour se rafraîchir. Dimanche, un adolescent s'est même blessé à l’épaule en sautant du pont de la Tortière, ce qui lui a valu d’être transporté au CHU. Une pratique dangereuse (le tirant d’eau de l’Erdre est relativement faible, 1m60 environ) alors qu’il est de toute façon interdit de se baigner dans cette rivière, et ce pour deux raisons principales.

« Le premier paramètre est la transparence de l’eau, explique Cédric Barguil, technicien à l’Edenn, le syndicat mixte chargé de contrôler la qualité de son eau. Dans l’Erdre, on a une eau turbide à cause d’un fond très vaseux. La transparence, qui doit être environ d’un mètre pour une eau de baignade, n’est ici que de 30 cm environ. Quelqu’un en danger dans l’eau va disparaître tout de suite, sauf à avoir une baignade très surveillée. » Si le règlement de police qui régit l’Erdre interdit d’y nager, c’est aussi car il s’agit avant tout d’une voie navigable. En centre-ville, de nombreux bateaux de toutes tailles l’empruntent : difficile d’imaginer une cohabitation avec des baigneurs !

Des règles aussi pour pratiquer une activité nautique

Pourtant, nombreux sont les kayakistes ou fans de paddle qui arpentent la rivière (et tombent parfois à l’eau). C’est parce que les activités nautiques sont soumises à une autre réglementation. Pour autant, « certaines précautions doivent être respectées en cas de pratique d’activités de loisirs sur les voies d’eau, écrit le conseil départemental, gestionnaire de l’Erdre. En cas de chute dans l’eau, éviter d’ingérer de l’eau ; prendre une douche soignée après l’activité nautique ; consulter un médecin en cas d’apparition de troubles de la santé… »

Car même passer quelques minutes dans l’eau, qui peut monter jusqu’à 20 degrés l’été, n’est pas sans risque. Et notamment en raison des nombreuses cyanobactéries, ces minuscules algues toxiques qui prolifèrent le long de « la plus belle rivière de France ». « Nous surveillons les épisodes, pendant lesquels elles peuvent produire diverses toxines : les hépatotoxines, les dermatotoxines, les neurotoxines… », détaille Cédric Barguil. En clair, de possibles désagréments intestinaux, irritations de la peau, voire troubles neurologiques dans les cas les plus graves.

Toutes les semaines, un contrôle sanitaire est donc effectué. Les résultats sont consultables  sur le site Internet de l'Edenn, pour savoir si et où il est possible de pratiquer son activité nautique préférée en toute sécurité.