Nantes : L'université propose de s’offrir une plaque personnalisée sur un siège d’amphi

MEMOIRE Une plaque à son nom peut être apposée sur l'un des sièges du grand amphi E de la faculté de droit moyennant un don de 1.000 euros

Frédéric Brenon

— 

L'amphi E de la faculté de droit de Nantes et ses 776 sièges.
L'amphi E de la faculté de droit de Nantes et ses 776 sièges. — F.Brenon/20Minutes
  • L'opération « Un siège à l'université » concerne la fac de droit de Nantes.
  • L'objectif est de consolider le « sentiment d'appartenance » à cette filière.
  • Les bénéfices iront à la Fondation de l'université de Nantes, laquelle mène des projets d'intérêt général.

C’est le plus grand amphithéâtre du campus du Tertre. Construit en 1970, l’amphi E Louis-Arretche de la fac de droit de Nantes a vu passer plusieurs générations d’étudiants, que ce soit pour assister à des cours magistraux (le plus souvent), des conférences de personnalités ou des assemblées générales syndicales. Pour célébrer ces souvenirs et que se perpétuent la « fierté » et le « sentiment d’appartenance » à cette faculté, l’université lance l’opération « Un siège à l’université ».

Chaque ancien étudiant peut ainsi s’offrir une plaque personnalisée qui sera apposée sur l’un des 776 sièges de son choix, en contrepartie d’un don de 1.000 euros, défiscalisable selon les règles du mécénat. Les bénéfices iront à la Fondation de l’université de Nantes.

Des enchères en fin d'année

« C’est une petite plaque métallique qui peut comporter un nom, une année, une citation, un encouragement, une anecdote… Elle restera sur le dossier du siège durant 25 ans », explique Carine Bernault, présidente de l’université de Nantes. Pour l’heure, une cinquantaine de sièges a déjà trouvé preneurs. Les sièges du premier et du dernier rang seront mis aux enchères lors d’une soirée-événement fin 2021.

Relativement courante dans les pays Anglo-Saxons, cette démarche de mécénat est encore très inhabituelle dans les universités françaises. « L’idée c’est d’encourager la transmission et de donner confiance. Cette plaque permet de dire aux nouveaux étudiants "regardez, j’ai été comme vous à cette place et voilà ce que cet enseignement m’a apporté". Il y a du sens à tout ça et un enjeu d’exemplarité », témoigne Juliette Jourdan, ancienne diplômée, présidente de la chambre régionale des commissaires-priseurs et ambassadrice de la Fondation de l’université de Nantes.

Une campagne pour collecter sept millions d'euros

La faculté de droit et des sciences politiques de Nantes forme chaque année près de 4.300 étudiants dont 80 % pratiquent les métiers du droit en Pays de la Loire. De son côté, la Fondation de l’université de Nantes œuvre toute l’année pour la collecte de dons au bénéfice « du rayonnement des filières, de la diffusion des savoirs et de la réalisation de projets d’intérêt général ».

En 2020, la Fondation a ainsi soutenu des actions visant à réduire la fracture numérique, à développer des travaux de recherche en santé, à réfléchir à l’usine du futur ou à encourager la pratique de la philosophie, par exemple. Sa dernière campagne, baptisée Patrimoine2.Un, vise à récolter sept millions d’euros en cinq ans dans le but de « valoriser le patrimoine scientifique, culturel et immobilier de l’université de Nantes ».