Nantes : Une formation express réservée aux femmes pour devenir « data analyst », job très recherché

EMPLOI Ce lundi à Nantes démarre une formation gratuite de 400 heures à ce métier qui explose. Le secteur demeure sous-représenté par les femmes

Julie Urbach

— 

Les participantes à la formation Data Analyst
Les participantes à la formation Data Analyst — P. Cauneau / Audencia
  • Quinze femmes en recherche d'emploi ou en reconversion vont se former à ce métier très recherché.
  • Gratuit, le parcours vise aussi à aider à la féminisation des métiers du numérique.

Ce n’est pas cet été qu’elles partiront en vacances. Ce lundi, c’est même la rentrée des classes pour quinze femmes entre 20 et 50 ans qui se sont lancées dans une formation originale. Pendant trois mois, jusqu’à mi-septembre, ces demandeuses d'emploi de la région nantaise vont apprendre le métier naissant mais déjà très en vogue de « data analyst ». « Pour fidéliser un client, mieux vendre, optimiser les processus… Toutes les entreprises ont aujourd’hui besoin d’un data analyst, estime Erik Campanini, cofondateur du centre de formation LePont. Une personne qui sait chercher et présenter des données qui permettent de prendre une décision, en plus de l’expérience et de l’intuition. »

Des compétences tellement recherchées qu’une formation gratuite de 400 heures à ce métier hybride, en train d’exploser, a donc été lancée par LePont et l’école de commerce Audencia, et financée par un opérateur de compétences, organisme chargé d'accompagner la formation professionnelle. Pour postuler, il fallait justifier d’un un bac + 2, mais aussi être une femme. « C’est un parti pris pour faire évoluer la représentation des femmes dans le secteur du numérique, poursuit Erik Campanini. Elles ne sont que 20 % dans le digital, et 4 % dans l’intelligence artificielle. »

Changer de domaine ou gagner en compétences

Sur les 150 candidatures reçues, le dossier de Changwei a été accepté. Cette doctorante en mécanique acoustique et jeune maman de 32 ans désespérait d’envoyer des CV sans décrocher d’emploi dans son domaine. Avec ce cursus, elle espère « apprendre un nouveau métier et reprendre un rythme de travail. » Pour Fatima-Ezzahra, 47 ans, l’objectif est surtout de combler l’écart qui s’est creusé entre sa formation d’expert-comptable et la réalité du métier d’aujourd’hui. « Je vais rester dans ma voie, mais forte de nouvelles compétences, espère cette demandeuse d’emploi. Je pourrai postuler à des missions plus intéressantes, voire créer ma propre structure. »

La formation inclut un accompagnement de Pôle Emploi et un atelier autour de la négociation salariale. En région parisienne, où le programme a déjà été lancé, « un tiers de la promo avait trouvé un emploi avant même la fin de la formation ». Un data analyst peut prétendre à un salaire compris entre 25 et 40.000 euros par an.