Nantes : Les 5 Ponts, un lieu conçu pour faire cohabiter habitants, salariés et SDF

INCLUSION Le programme immobilier Les 5 Ponts, qui ouvrira ses portes fin juin, réunit des services pour personnes en précarité, des logements, des locaux professionnels et une ferme urbaine

Frédéric Brenon

— 

La place centrale des 5 Ponts est couverte par des voiles.
La place centrale des 5 Ponts est couverte par des voiles. — F.Brenon/20Minutes
  • Original par la mixité sociale qu'il crée, le projet Les 5 Ponts est construit sur l'île de Nantes, près de l'usine Béghin-Say.
  • Le site rassemble en un même lieu de nombreux services à destination des personnes de la rue, ce qui facilite leur réinsertion.

C’est un véritable laboratoire de mixité sociale qui s’apprête à ouvrir ses portes sur l’île de Nantes. La « preuve qu’on peut fabriquer la ville différemment, de manière inclusive et collaborative », insiste la maire de Nantes, Johanna Rolland. A deux pas de l’usine Béghin Say et du chantier du futur CHU, l’opération « Les 5 Ponts » est un ensemble de trois bâtiments où cohabiteront plusieurs activités : des services et hébergements pour personnes sans abri, des logements (50 appartements HLM et 21 à l’achat) grand public, des locaux d’entreprise, mais aussi une ferme urbaine, un café, un marché solidaire et un jardin. Le tout regroupé autour d’une « place du village » couverte par des voiles.

« L’objectif c’est de créer un lieu où on accepte la différence. Où des personnes aux parcours de vie opposés se croisent au quotidien, se parlent, passent du temps ensemble pourquoi pas. C’est fondamental pour balayer les idées préconçues et permettre que les situations des plus fragiles évoluent », explique Denis Aftalion, président des Eaux vives Emmaüs, l’association qui porte le projet.

« Besoin des habitants pour que ça marche »

Alors que le pôle d’accueil pour SDF ne sera opérationnel que le 28 juin, les premiers habitants, eux, sont en cours d’installation. Rendus attractifs par des prix légèrement en deçà du marché, les appartements n’ont eu aucun mal à se vendre. « Les locataires comme les propriétaires viennent évidemment en connaissance du projet. On sait qu’ils auront de la bienveillance vis-à-vis de la démarche. On aura besoin d’eux pour que ça marche », justifie Bruno Bataille, directeur interrégional du bailleur CDC Habitat, maître d’ouvrage de l’opération immobilière, selon qui « un tel projet on ne le fait qu'une fois dans une vie ».

La ferme urbaine située sur le toit d'un des bâtiments sera mise en culture à la fin de l'été.
La ferme urbaine située sur le toit d'un des bâtiments sera mise en culture à la fin de l'été. - F.Brenon/20Minutes

Tous les services au même endroit

L’autre innovation des 5 Ponts réside dans le regroupement des services pour les personnes à la rue. Un accueil de jour de 80 places, une halte de nuit de 30 places, 40 studios de stabilisation, un restaurant social ainsi qu’une une laverie seront réunis sur le site, en présence de travailleurs sociaux. « Jusqu’à présent, nos services étaient dispersés aux quatre coins de la ville, précise le président des Eaux vives Emmaüs. Les bénéficiaires ne pouvaient pas se poser, ça compliquait leur insertion. Désormais, il y aura un bel outil de travail. » Du travail, justement, les personnes en précarité pourront se voir en proposer dans la ferme urbaine, à raison de quelques heures par semaine, dans le cadre d’une préparation au retour à l’emploi.

Le projet global aura coûté 22 millions d’euros. La majeure partie (14 millions d’euros) a été financée par CDC Habitat. L’Europe, l’Etat et les collectivités ont permis de boucler le budget. Son ouverture entraînera la fermeture des anciens lieux d’accueil gérés par les Eaux vives Emmaüs (île de Nantes, rue des Olivettes, quai de la Fosse).