Nantes : Critiqué, le projet de CHU proposera finalement davantage de lits que prévu

ANNONCE La direction du CHU, qui doit être transféré sur l’île de Nantes en 2026, indique que « 192 lits seront conservés par rapport à l’objectif initial »

Julie Urbach

— 

Le nouveau CHU de Nantes.
Le nouveau CHU de Nantes. — CHU Nantes
  • Critiqué pour sa localisation et sa capacité jugée insuffisante, le projet de CHU a été revu.
  • La direction indique qu'elle renonce à la suppression de quelque 200 lits, et que le site de Laënnec, à Saint-Herblain, en abritera finalement une partie.

Il n’y aura finalement pas de fermeture de lits. Après plusieurs années de critiques au sujet du projet de nouveau CHU sur l’île de Nantes (à propos du site choisi mais surtout de la question capacitaire), la direction de l’établissement a revu sa copie.

Dans un communiqué de presse envoyé ce vendredi, elle indique avoir pris « plusieurs mesures concrètes » dans le cadre de « la réflexion sur le vieillissement de la population du département ». Principale annonce : « 192 lits seront conservés par rapport à l’objectif initial ».

Alors que le nouvel hôpital en prévoyait 1.380, soit au minimum 200 de moins qu’actuellement, le CHU a finalement décidé de maintenir l’effectif dans l’objectif de créer une plateforme de consultations à destination des personnes âgées. Autre annonce, et non des moindres : une partie de ce service sera située sur le site de Laënnec (140 lits) à Saint-Herblain, qui devait pourtant fermer totalement ses portes et être vendu dans le projet initial. Les 52 lits restants seront aménagés au sein du nouvel hôpital de l’île de Nantes, indique le communiqué de presse.

« Une très bonne nouvelle pour le service public hospitalier »

Si aucun élément au sujet d’une potentielle augmentation du nombre de postes de personnel n’a pour le moment été donné, le CHU se projette à horizon 2030. La direction prévoit déjà « la création d’une centaine de lits et places de soins de suite sur l’agglomération nantaise ». « Une très bonne nouvelle pour le service public hospitalier, pour la métropole nantaise et au-delà pour toute la région », salue Johanna Rolland, la maire de Nantes et présidente de Nantes métropole, qui rappelle qu’elle avait alerté le ministre de la Santé sur cette question du nombre de lits, pendant la crise sanitaire.

Alors que le chantier a déjà débuté avec les travaux de terrassement près du pont des Trois-Continents, la construction du bâtiment en tant que tel (qui doit ouvrir en 2026) va bientôt démarrer, annonce par ailleurs l’hôpital.