Des greffes contre le cancer du sang

— 

Trois mille transplantations en vingt-cinq ans. Et ce n'est qu'un début. Créé en 1984 par Jean-Luc Harousseau, le service de greffe de moelle osseuse du CHU de Nantes figure parmi les plus importants de France. Dans la région, il soigne les patients atteints de maladies et de cancers du sang. « On prélève la propre moelle d'un patient lorsqu'elle est peu atteinte, explique Mohamad Mohty, chargé des greffes adultes. Dans le cas contraire, il est fait appel à un donneur. » Cette dernière pratique, dite « allogène », offre un maximum de garanties pour une guérison à long terme. En raison de l'évolution des techniques et de la hausse du nombre de donneurs, elle devrait doubler dans les cinq ans à venir. « Notre objectif est aussi de diminuer les séquelles des traitements (fertilité, trouble de la croissance chez les enfants...) », souligne Françoise Mechinaud, de l'unité d'oncologie pédiatrique. Jamais agrandi depuis quinze ans, le service devrait accueillir six à huit lits de plus l'an prochain. ■David Prochasson