Le département rend le permis plus accessible aux jeunes

— 

« Sans cette aide, j'aurais sans doute mis du temps. » A 37 euros l'heure de conduite, Fatoumata, lycéenne de 19 ans titulaire d'un BEP secrétariat, aurait vite excédé son budget permis de 1 000 euros si le conseil général de Loire-Atlantique n'était pas intervenu : comme de nombreux jeunes âgés de 16 à 24 ans, elle touchera entre 500 et 1 000 euros pour décrocher la feuille rose un peu plus vite.

L'aide existait en fait déjà. Mais depuis le 1er janvier, son montant forfaitaire a doublé, justifiant l'inscription d'une enveloppe de 400 000 euros au budget 2009. Les conditions d'éligibilité, surtout, ont été élargies : tous les jeunes diplômés de filières professionnelles peuvent déposer la demande, téléchargeable sur le site du conseil général, à condition de répondre à une autre série de critères, sociaux cette fois. Ces jeunes « sont directement concernés par l'entrée sur le marché du travail : pour eux, la mobilité est essentielle, rappelle Alain Robert, vice-président du conseil général chargé de la Solidarité et de l'Insertion. C'est d'ailleurs aussi une façon de revaloriser ces filières. » Le diplôme doit avoir été obtenu depuis deux ans maximum. Et le permis de conduire doit l'être ensuite le plus rapidement possible, mais là, « il n'y a pas d'obligation de résultat ». ■A. G.