5G à Nantes : Les opérateurs allument finalement les antennes proches des écoles et des crèches

TELEPHONIE Nantes métropole avait annoncé la semaine dernière qu'une trentaine d'antennes situées près des écoles et des crèches resteraient temporairement inactives. Cela n'aura duré que dix jours

Frédéric Brenon

— 

La 5G est déployée à Nantes depuis le 13 avril.
La 5G est déployée à Nantes depuis le 13 avril. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Disponible en France depuis novembre, la 5G n’est mise en service dans l'agglomération nantaise que depuis le 13 avril.
  • L’accord local avec les opérateurs prévoyait d’attendre le rapport de l’Anses pour activer les antennes proches des équipements et crèches.
  • Ce rapport ayant été rendu plus tôt que prévu, les opérateurs procèdent déjà à la mise en route des antennes restantes.

Malgré un retard de plusieurs mois en raison de la tenue d’un débat public réclamé par les élus nantais, la téléphonie mobile 5G est opérationnelle depuis le 13 avril dans l’agglomération nantaise. Seule une trentaine d’antennes ayant la particularité d’être installées à moins de 100 mètres d’écoles et de crèches n’avaient pas été activées. Nantes métropole avait en effet demandé aux opérateurs d'adopter un « principe de précaution » jusqu’à la publication du rapport de l’Anses sur l’éventuelle dangerosité de la 5G.

Ce rapport n’aura finalement pas attendu la réouverture des crèches et écoles. Présenté dès mardi dernier, il considère « peu probable que le déploiement de la 5G dans la bande de fréquences 3,5 Ghz présente de nouveaux risques pour la santé ».

Des mesures d’ondes dès le mois de mai

En conséquence de ces conclusions, les opérateurs téléphoniques sont désormais libres d’allumer leurs antennes restantes, reconnaît Nantes métropole. Et c’est ce qui se passe. Orange a fait savoir jeudi qu’il allait « procéder dans les jours qui viennent aux compléments d’ouverture prévus ». Même chose du côté de SFR où l’on confirme vendredi « procéder à l’allumage des dernières antennes, suite à un échange avec Nantes métropole ».

En réaction, Nantes métropole indique qu’elle accélère la mise en place de « l’observatoire des ondes » présenté le 13 avril. « On installera une quarantaine de capteurs d’ondes près des écoles et des crèches. L’objectif est de recueillir des mesures d'exposition en temps réel », explique Franckie Trichet, vice-président en charge de l’innovation numérique. Ces capteurs devraient être opérationnels d’ici à la fin du mois de mai, au lieu de septembre.

« Nous souhaitons continuer à travailler avec les opérateurs en bonne intelligence. Précaution, transparence et pédagogie restent nos maîtres-mots », précise l’élu. Franckie Trichet réclame le maintien d’un principe de précaution concernant le déploiement ultérieur de la 5G bande 26 Ghz dont le rapport de l'Anses​ a conclu que « les données ne sont, à l’heure actuelle, pas suffisantes pour conclure à l’existence ou non d’effets sanitaires ».