Nantes : La gratuité des transports en commun le week-end coûtera 10 millions d’euros par an

MOBILITE A partir du 24 avril, les bus et tramways de la métropole nantaise seront gratuits tous les samedis et dimanches

Frédéric Brenon

— 

La ligne 2 de tramway à la station 50-Otages à Nantes.
La ligne 2 de tramway à la station 50-Otages à Nantes. — F.Brenon/20Minutes
  • L’ensemble du réseau TAN sera accessible gratuitement ce week-end et les suivants.
  • L’objectif est d’encourager à l’usage des transports en commun et de faciliter l’accès aux centres-villes.

C’était une promesse de campagne qui se concrétise. Les transports en commun de la métropole nantaise seront gratuits chaque week-end à partir de samedi, rappelle Nantes métropole. Concrètement, l’ensemble du réseau Semitan (bus, tramways, chronobus, navibus) sera dorénavant gratuit les samedis et dimanches*. Il en sera de même pour les parkings-relais** et les déplacements TER à l’intérieur du territoire métropolitain.

Cette gratuité s’appliquera à tous les voyageurs, y compris aux non-abonnés et aux habitants extérieurs à l’agglomération nantaise. « C’est mieux pour le climat et mieux pour le pouvoir d’achat », justifie Johanna Rolland, maire PS de Nantes. La mesure, déjà expérimentée à Montpellier depuis septembre, est aussi pensée pour « faciliter l’accès aux commerces des centres-villes ».

Les fréquences seront renforcées

Mais une telle décision n’est pas conséquence pour les finances de la collectivité. Il y a d’abord un manque à gagner lié à l’absence de recettes les samedis à dimanches : zéro achat de tickets, diminution du prix des abonnements… Ce manque est ainsi estimé à 6 millions d’euros par an, confie Nantes métropole. Une perte à laquelle il faut ajouter un coût de fonctionnement supplémentaire de 3,5 millions d’euros par an, calcule la collectivité, dans la mesure où le service habituel sera renforcé pour répondre à une fréquentation probablement plus importante.

Soit un total de 9,5 millions d’euros par an en moins dans les caisses de Nantes métropole. Pour l’année 2021, déjà entamée, la mesure devrait coûter 5 millions d’euros à la collectivité.

Dans un premier temps, l’offre de transport ne sera pas réévaluée le week-end, compte tenu des restrictions de déplacements liées à la crise sanitaire. Mais à partir du 4 septembre, les fréquences des lignes 1, 2, 3 de tramway, 4 et 5 de busway, ainsi que les lignes C2 et C3 du chronobus, seront renforcées le samedi et le dimanche. A partir du 4 décembre, les lignes C1, C6, C20, de même que les bus 10, 12 et 54, seront également renforcés, si la fréquentation est au rendez-vous. A Montpellier, la fréquentation des transports a progressé de manière significative depuis la mise en gratuité le week-end.

« Les impôts vont augmenter » s’inquiète la droite

Pour Laurence Garnier (LR), cheffe de file de l’opposition municipale à Nantes, cette gratuité du samedi et du dimanche est un « leurre démagogique ». « Les habitants seront dupés car ce cadeau qu’on leur fait sera repris demain quand les impôts vont augmenter », prévoit l’élue. Elle s’inquiète aussi d’un possible coup de frein aux investissements futurs sur le réseau TAN. « On ne peut pas d’un côté diminuer les recettes et de l’autre lancer des investissements, ça ne tient pas la route », estime-t-elle.

Pendant la campagne municipale, des voix s’étaient aussi élevées pour réclamer une gratuité totale des transports en commun, y compris en semaine. Johanna Rolland avait répondu que cette idée coûterait trop cher, « 70 millions d’euros par an », et qu’elle risquerait de faire diminuer l’usage du vélo.

* A l’exception de la navette aéroport et du service covoit’TAN.

** Dès lors que les voyageurs auront validé leur carte Libertan ou leur ticket P + R. La validation ne donnera pas lieu à paiement.