Nantes : Six anecdotes autour de célèbres noms de rues de la ville

PATRIMOINE Le journaliste nantais Stéphane Pajot vient de sortir 500 nouvelles petites histoires sur la Cité des ducs compilées dans un livre

Julie Urbach
— 
Vue de Nantes avec la place de la Petite-Hollande en fond. Mais au fait, pourquoi s'appelle-t-elle comme ça?
Vue de Nantes avec la place de la Petite-Hollande en fond. Mais au fait, pourquoi s'appelle-t-elle comme ça? — S. Salom Gomis/ SIPA
  • « L’Inédit de Nantes » compile des anecdotes sur la ville, dont certaines concernent de célèbres rues.
  • Pourquoi la place de la Petite-Hollande s’appelle-t-elle ainsi ? D’où vient le nom du quartier Decré ? Réponses dans le nouveau livre de Stéphane Pajot.

Trois ans après le succès de son premier opus, le journaliste et écrivain nantais Stéphane Pajot vient de sortir 500 nouvelles anecdotes sur la Cité des ducs, compilées dans un second livre. Dans L'Inédit de Nantes (ed. D’Orbestier), il rapporte de savoureuses « histoires curieuses du coin de la rue », du passé ou d’aujourd’hui, dont certaines concernent justement de célèbres rues de la ville. Voici nos favorites, à ressortir la prochaine fois que vous passerez dans ces lieux !

La place de la Petite-Hollande

Célèbre pour son grand marché, la place de la Petite-Hollande ne rend évidemment pas hommage au président de la République qui choisit Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre… Son appellation est bien plus ancienne, et remonte aux années 1620 ! Il s’agit en fait d’une référence aux négociants hollandais installés à l’époque près du port, raconte Stéphane Pajot. Les marchands avaient l’habitude de se retrouver à cet endroit, d’abord appelé place de Hollande.

La rue (et l’hôpital) Laennec

Avant de donner son nom à une rue du quartier Madeleine-Champ-de-Mars et à l’hôpital nord, René Laennec, dont l’oncle Guillaume était aussi médecin, a vécu à Nantes de 1788 à 1800. C’est même lui qui a inventé le premier stéthoscope du monde, apprend-on dans L’Inédit de Nantes. L’objet, « un modèle à vis » qui permettait d’écouter le coeur des patients, s’appelait alors « pectiloroque ». Il paraît qu’il est conservé quelque part à la faculté de pharmacie !

Espaces verts ponctuels place Bretagne pour célébrer les Floralies.
Espaces verts ponctuels place Bretagne pour célébrer les Floralies. - F.Brenon/20Minutes

La place des Veaux, de la place Bretagne à Viarme

Connaissez-vous la place des Veaux ? C’était le nom donné à la place Bretagne, en 1763. Ensuite, le rendez-vous des vaches et des chevaux s’est longtemps tenu sur la place Viarme, pour une meilleure circulation des charrettes et des bestiaux. Le nom actuel de cette place vient de Jean-Baptiste Elie Camus de Pontcarré, seigneur de Viarmes, avec un « s », qui fut intendant de Bretagne.

Le quartier Decré

Les amoureux du shopping connaissent tous Decré, le premier grand magasin de la ville du nom de la famille de négociants qui l’a fondé, et dont l’enseigne est toujours visible quartier Bouffay. Mais savez-vous comment tout a commencé ? En 1857, Jules Decré, 23 ans, s’installe à Nantes et travaille dans le grand bazar appelé Motté, avant d’ouvrir sa propre affaire. Son nom remonte à ses ancêtres, qui venaient de Cré, un hameau proche de la ville d’Aoste, en Italie. CQFD !

Nantes le 6 décembre 2019, la place Mellinet
Nantes le 6 décembre 2019, la place Mellinet - Julie Urbach/20 Minutes

La place du général-Mellinet

Le général Mellinet, dont une statue est érigée au centre de la place du même nom, est célèbre pour sa carrière militaire. Sûrement moins pour sa triste fin de vie, causée par un incroyable accident domestique, rapporté dans L’Inédit de Nantes : alors que l’homme, âgé de 94 ans, se trouvait dans son lit, une canalisation d’eau aurait explosé en raison du gel. « Il est alors aspergé d’eau, et ne s’en remettra pas », raconte Stéphane Pajot.

Le quai Ernest-Renaud

Non loin du quai de la Fosse, le quai Ernest-Renaud abrite aujourd’hui la CCI de Nantes. En 1858, le capitaine était surtout connu pour avoir sauvé 67 passagers du navire Austria en feu, au large de New-York, grâce à son trois-mâts Maurice ! Un acte de bravoure qui a valu à Ernest Renaud de recevoir la légion d’honneur.

« L’Inédit de Nantes, 500 anecdotes insolites », de Stéphane Pajot. Editions d’Orbestier, 9,90 euros.