Nantes : Des séminaires ésotériques offerts aux élus ? La mairie se défend

POLEMIQUE Plusieurs articles de presse s'interrogent sur la tenue de séminaires financés par la mairie de Nantes à destination de ses élus

Julie Urbach
— 
Johanna Rolland (au centre), le soir de sa réélection à la mairie de Nantes. A sa gauche, Bassem Asseh. A sa droite, Julie Laernoes.
Johanna Rolland (au centre), le soir de sa réélection à la mairie de Nantes. A sa gauche, Bassem Asseh. A sa droite, Julie Laernoes. — S.Salom-Gomis/Sipa
  • La mairie de Nantes a offert à ses élus et son cabinet plusieurs ateliers animés par un thérapeute.
  • Plusieurs articles de presse les présentent comme des séminaires «ésotériques», ce que dément la ville.

« Développement personnel ésotérique », « étranges séances de coaching »… Ces derniers jours, plusieurs articles de presse, reprenant une information du journal satirique La Lettre à Lulu, accusent la mairie de Nantes d’avoir financé des séminaires mystiques à ses élus. D’après L'Express, trois temps ont été organisés, l’un à destination du cabinet en 2018 et les deux autres à l’automne 2020, pour souder la nouvelle équipe de la majorité municipale. Une « aide extérieure » nécessaire après l’accord PS-EELV, et les difficultés de gouvernance du précédent mandat, précisait en février Médiacités à ce sujet.

En plus du coût de ces ateliers de travail, qui avoisinerait les 20.000 euros, l’article de l’Express met en cause l’animateur de ces séances, l’ancien élu EELV Jean-Philippe Magnen. Selon le journal, le thérapeute s’inspirerait d’étranges méthodes, et notamment « la méditation active selon Osho », ce dernier étant décrit comme « le plus controversé des gourous vedettes de la révolution sexuelle ». Un exercice visant à « améliorer la personnalité des leaders, en libérant les multiples facettes de potentiel personnel », baptisé «Le jeu du Roi et de la Reine», aurait également été proposé.

Pas de caractère spirituel, selon la mairie

Alors, ésotérisme ou simple méthode de team-building ? « Bassem Asseh, premier adjoint à la maire de Nantes, a démenti formellement auprès des journalistes auteurs de ces papiers le caractère ésotérique et spirituel de ces temps de travail », répond la mairie, sollicitée par 20 Minutes. Si la ville confirme l’existence de ces trois formations ainsi que leur coût, de 20.389 euros, elle affirme qu’elles avaient pour but de « structurer la dynamique collective » et « définir les objectifs de mandat ».

Ces ateliers ont été organisés « dans le respect du code des marchés publics » précise la mairie qui a fait appel à « deux professionnels de l’animation collective et de l’accompagnement au changement », dont Jean-Philippe Magnen.

Ce mercredi, l'affaire a fait réagir la cheffe de file de l'opposition, Laurence Garnier. Elle demande à la maire de Nantes de s’engager à rembourser la somme déboursée pour ces formations. «Ésotériques ou non, les Nantais n’ont pas à payer les séances de cohésion d’équipe de leurs élus», estime-t-elle.