Nantes : Trentre-trois policiers nationaux supplémentaires affectés dans la Cité des ducs ?

SECURITE C’est ce qu’annonce ce lundi la députée nantaise Valérie Oppelt. La préfecture n’a pas encore confirmé

Frédéric Brenon

— 

Une équipe de la police nationale (illustration).
Une équipe de la police nationale (illustration). — A-C Poujoulat/AFP

Les élus locaux et syndicats de police réclament depuis de nombreux mois que l’Etat affecte davantage de policiers nationaux à Nantes en raison du volume croissant de faits de délinquance dans la Cité des ducs. Ils semblent avoir été en partie entendus. La député nantaise Valérie Oppelt​ (LREM) annonce en effet ce lundi une dotation de « 33 policiers supplémentaires pour Nantes ». Elle en a été informée par le ministère de l'Intérieur, précise-t-elle.

« J’interpelle depuis plusieurs mois le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin avec qui j’ai pu à nouveau m’entretenir le 13 avril dernier », indique la députée, qui se félicite de « ce pas important » effectué par l'Etat. La suite du message de celle qui était également candidate aux dernières élections municipales s'adresse à la maire PS de Nantes, Johanna Rolland. « Nantes connaît une montée de l’insécurité sans pareil depuis trop longtemps, ajoute-t-elle. Se voiler la face, excuser, expliquer, ne peut pas être une politique crédible et durable. La ville de Nantes doit maintenant accélérer le recrutement des 29 policiers municipaux tel qu’il a été voté, pour enfin commencer à rattraper le sérieux retard : il en va de la liberté des Nantais qui aspirent à la tranquillité. »

« S’agit-il de créations de postes ou de simples arrivées ? »

Sollicitée, la préfecture de Loire-Atlantique n’a, pour le moment, pas confirmé ce chiffre de 33 policiers recrutés. Le syndicat de police Alliance n’en a pas eu, non plus, confirmation et se montre prudent. « S’agit-il de 33 créations de postes ou de 33 arrivées dans le cadre du mouvement général ?, s’interroge Arnaud Bernard, secrétaire départemental d’Alliance. Ce n’est pas du tout la même chose car, si on tient compte des départs à la retraite et des mutations, nous pouvons aussi avoir une trentaine de départs. » Le syndicaliste espère également que ces postes seront missionnés à la tranquillité publique, « là où il y a le plus de besoins ».

De son côté, Johanna Rolland salue une « décision qui va dans le bon sens » et appelle l'Etat à « poursuivre cet effort dans la durée ». Il faut dire qu'avant ces recrutements dans la police nationale, la ville de Nantes avait annoncé le recrutement de 70 policiers municipaux supplémentaires, dont 29 d’ici à la fin de l’année 2021. Quelque 32 créations de postes sont également prévues (23 sont déjà effectives) pour la nouvelle brigade de police métropolitaine des transports.