Nantes : La controversée 5G finalement lancée, sauf près des crèches et des écoles

TELEPHONIE Après l’organisation d’un débat public, Nantes métropole pose plusieurs garde-fous au déploiement de la 5G sur le territoire, en attendant le rapport de l’Anses

Julie Urbach

— 

La 5G (illustration).
La 5G (illustration). — Lionel BONAVENTURE / AFP
  • Nantes métropole avait demandé aux opérateurs un moratoire le temps d’organiser un débat public et de négocier.
  • Plusieurs mesures vont accompagner l’allumage des antennes 5G, qui a commencé ce mardi.

Le bras de fer a été long, mais un consensus semble avoir émergé. Ce mardi, après avoir demandé un moratoire le temps de l’organisation d’un débat public, Nantes métropole a annoncé que la 5G allait bel et bien se déployer sur le territoire. S’il était impossible pour la collectivité de s’opposer juridiquement à ce lancement, la métropole estime n’avoir pas complètement perdu la bataille, menée par d’autres villes un peu partout en France.

Selon Johanna Rolland, la présidente (PS), plusieurs avancées ont été obtenues auprès des opérateurs, notamment au nom du principe de précaution. « Les antennes près des écoles et des crèches de la métropole ne seront pas allumées avant la remise du rapport de l'Anses [attendu d’ici à quelques semaines], annonce Johanna Rolland. Nous serons peut-être la seule ville de France à mettre en place cette précaution. » Un engagement tenu par SFR, qui a annoncé dans la foulée l’allumage du reste de ses antennes, avec déjà la couverture de 75 % de la population de la ville ce mardi.

Observatoire des ondes, mutualisation des pylônes…

Avec cette mesure, qui concerne 30 antennes sur plus de 500, la métropole souhaite répondre aux « nombreuses interrogations et inquiétudes » qui se sont exprimées lors du fameux débat public, qui n’a cependant récolté que 400 contributions citoyennes. Elle espère surtout engager un rapport de force avec les opérateurs, qui sont, eux, dans les starting-blocks depuis plusieurs mois déjà.

« Un observatoire des ondes va également être créé, nous développerons l’installation de capteurs pour mesurer l’exposition, prévient Johanna Rolland, alors qu’ils ne sont actuellement que trois. Nous demanderons davantage de régulation et de transparence, qui seront des éléments majeurs pour aller vers un vrai schéma numérique responsable. » Parmi les garde-fous de la métropole figurent aussi les impacts environnementaux et paysagers. La collectivité va par exemple enjoindre les différents opérateurs à mutualiser les équipements, en rassemblant les futures nouvelles antennes sur un seul et même pylône. Une charte pour leur installation sera signée.

« Un numérique plus humain »

En parallèle, comme pour faire passer la pilule, la métropole explique qu’elle va multiplier les engagements pour tendre vers « un numérique plus humain ». Développement d’une filière de reconditionnement de matériel informatique, programme de lutte contre la fracture numérique ou l’addiction aux écrans font partie des pistes. « Nous utiliserons tous les leviers pour réguler cette technologie, et en faire un outil choisi et non subi », réagit Julie Laernoes, vice-présidente (EELV) en charge de l’énergie et du climat à Nantes métropole.

Après l’annonce d’un lancement de la 5G faite par SFR ce mardi, l'opérateur Orange doit tenir une conférence de presse sur le même sujet, mercredi.