Nantes : L'Etat apporte (enfin) son soutien à Citad'elles, centre d'accueil pour les femmes violentées

VIOLENCES La ministre Elisabeth Moreno a annoncé ce lundi que l'Etat apporterait une aide financière de 200.000 euros à Citad'elles

Julie Urbach

— 

Une femme dans les locaux de Citad'elles, lieu de ressources pour les femmes victimes de violences, à Nantes.
Une femme dans les locaux de Citad'elles, lieu de ressources pour les femmes victimes de violences, à Nantes. — F.Brenon/20Minutes
  • Ouvert depuis fin 2019, Citad'elles accueille et accompagne des femmes victimes de violence, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.
  • Ce lundi, l'Etat a annoncé un accompagnement financier pour cette structure, gérée par la ville de Nantes.

Elle a dû être « très insistante » et faire preuve « de patience ». Ce lundi, la maire de Nantes Johanna Rolland (PS) a enfin reçu officiellement le soutien du gouvernement pour son lieu refuge destiné aux femmes victimes de violences, ouvert fin 2019. Lors d’une nouvelle visite dans les locaux de Citad'elles, ce matin, la ministre déléguée à l’Egalité entre les hommes et les femmes Elisabeth Moreno lui a promis une aide « de 200.000 euros pour cette année », enveloppe qui pourrait être reconduite. Le budget de cette structure, assumé jusqu’ici en grande majorité par la mairie, est de 2 millions d’euros d’investissement, ajoutés aux 2 millions annuels de frais de fonctionnement.

Si la maire de Nantes avait interpellé l’Etat « dès la conception du projet », puis en direct sur France 2 lors d’un débat avec Jean Castex, il a fallu plusieurs mois pour le convaincre, alors que ce lieu répond malheureusement à une forte demande. « Je préférerais que ce centre totalement unique n’ait pas besoin d’exister, a expliqué Johanna Rolland, la maire de Nantes. Mais plus de 4.500 passages ont été comptabilisés depuis l’ouverture. Environ 25 nouvelles femmes sont accueillies chaque semaine. » L’accès y est assuré 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Sur place, une vingtaine de professionnels, parmi lesquels des travailleurs sociaux, une infirmière, un psychiatre ou une éducatrice spécialisée pour enfants, les reçoivent. Il est aussi possible de déposer plainte.

Un exemple pour d’autres villes ?

Elisabeth Moreno, qui a salué le caractère « innovant et intelligent » de ce lieu, souhaite aujourd’hui l’ériger en exemple alors que l'égalité hommes-femmes est l’une des grandes causes du quinquennat. « Je veux que ce travail inspire d’autres villes, a indiqué la ministre. Je rêve que davantage de maires s’emparent de ce sujet, pour que la honte et la peur change de camp. »

La ministre a rappelé que les violences conjugales ont augmenté de 40 % pendant la crise sanitaire. Citad’elles, ouvert au printemps dernier malgré le confinement, restera accessible quelles que soient les nouvelles mesures sanitaires, a promis la maire de Nantes.