Loire-Atlantique : Le nombre de sangliers ne cesse d’augmenter dans l'agglomération nantaise

PROLIFERATION Une battue a lieu ce lundi au parc de la Chézine à Saint-Herblain pour réguler cette espèce de plus en plus envahissante

David Phelippeau
— 
Illustration de sangliers
Illustration de sangliers — WHITEWOLF/SIPA
  • La préfecture de Loire-Atlantique, via la Direction départementale des territoires et de la mer, organise une battue de sangliers au parc de la Chézine ce lundi.
  • Ces animaux prolifèrent depuis plusieurs années partout dans le monde.
  • La Loire-Atlantique ne fait pas figure d’exception.

Le parc de la Chézine à Saint-Herblain est exceptionnellement fermé au public jusqu’à 15 h ce lundi *. En effet, depuis 8 h ce matin, la préfecture de Loire-Atlantique, via la Direction départementale des territoires et de la mer, organise une battue de sangliers pour réguler cette espèce de plus en plus envahissante.

Quarante tireurs, dont des archers, et deux meutes de chiens ont été lancés aux trousses de ces animaux. « Il y a deux ou trois battues par an depuis 2015 dans ce parc, explique Denis Dabo, directeur de la Fédération des chasseurs de Loire-Atlantique. En fait, les sangliers remontent de l’estuaire de la Loire entre Couëron et Sautron et traversent les routes départementales et les rocades. »

Un problème « mondial »

Ce qui n’est évidemment pas sans danger pour la population. Mais ces animaux causent aussi forcément de nombreux dégâts sur les espaces verts communaux mais aussi dans les jardins privés et les zones agricoles. Le directeur de la Fédération des chasseurs de Loire-Atlantique nous raconte alors ce désarroi d’un habitant du département qui n’arrive pas à vendre sa maison car son terrain est dévasté par les sangliers…

En Loire-Atlantique, la recrudescence de ces animaux aux mensurations conséquentes (120 cm au garrot, et entre 100 et 150 kg), notamment dans les zones urbaines et périurbaines, inquiète. « Dans le 44, entre 2012 et 2017, il y avait eu 3.000 sangliers prélevés [tués par des chasseurs]. Depuis, nous sommes passés à 6.000, soit le double. » Le problème est néanmoins « mondial », pour Denis Dabo.

« Il est principalement lié au réchauffement climatique car tous les sangliers vont maintenant jusqu’à l’âge adulte. Le froid était une cause importante de la mortalité juvénile, ce n’est plus le cas. Ils sont plus nombreux et se reproduisent plus tôt et plus souvent. » Une laie peut engendrer jusqu’à trois portées de 5 à 10 marcassins en l’espace de deux ans… Des battues comme celle du jour au parc de la Chézine sont très souvent organisées dans l’agglomération nantaise, notamment dans la Vallée du Cens ou encore à Carquefou.

Des militants écologistes ont manifesté ce lundi matin, en marge de la battue du parc de la Chézine, pour dénoncer un « massacre » d’animaux.

La circulation est fermée ce lundi jusqu’à 15 h sur une partie de l’avenue Louis-Guilloux et de l’allée Prosper-Mérimée à Saint-Herblain