Nantes : Une page se tourne… Le mobilier du bar Le Nid vendu aux enchères ce jeudi

NOSTALGIE Les fauteuils et tables basses en forme d’œufs seront dispersés aux enchères cet après-midi, huit mois après la fermeture du bar-terrasse

Frédéric Brenon

— 

Le mobilier du Nid était pour le moins original.
Le mobilier du Nid était pour le moins original. — Fabrice Elsner/20 minutes

Avis aux amateurs de design et nostalgiques d’un établissement emblématique de Nantes. Ce jeudi après-midi, l’hôtel des ventes Nantes enchères Talma, quartier Saint-Donatien, proposera à la vente une cinquantaine de lots de mobilier et éléments de décoration issus du bar-terrasse Le Nid. Situé au 32e et dernier étage de la Tour Bretagne, ce bar panoramique avait dû, malgré sa popularité, fermer définitivement ses portes après huit années d’activité en raison des lourds travaux engagés dans l'édifice.

« Il y avait un vrai attachement du public pour ce lieu, raconte Eric Warin, directeur du CCO​, exploitant du Nid. Il était devenu l’un des plus visités de la ville [300.000 visites par an]. Sa fermeture, comme celle de la tour, a donc fait mal au cœur. Mais il était impossible de le transférer ailleurs. Les circonstances qu’on vit aujourd’hui permettent de relativiser. »

Des œufs, un bec, des yeux, des affiches

Réalisé à la demande du Voyage à Nantes, le Nid se distinguait par sa décoration signée de l’artiste Jean Jullien. C’est à lui qu’on doit les fauteuils et tables en forme d’œufs. Pas moins de 80 unités seront mises en vente ce jeudi. Forcément un peu usés, les quatre fauteuils intérieur cuir avec leur table basse sont, par exemple, estimés entre 400 et 600 euros le lot. « On a gardé quelques éléments pour nous et Jean Jullien en souvenirs. Mais nous devions céder la majeure partie faute de place pour les stocker. La recette servira à alléger les frais de déménagement », explique Eric Warin.

Le lot de quatre fauteuils et une table basse a été estimé entre 400 et 600 euros.
Le lot de quatre fauteuils et une table basse a été estimé entre 400 et 600 euros. - Nantes enchères Talma

Le long volatile en polyuréthane qui habillait les contours du bar a, lui, été détruit au cours du démontage fin octobre. « C’était une pièce unique, fragile, réalisée sur mesure pour le lieu. On n’a pas pu la sauver. » Seuls son long bec et ses yeux ont pu être conservés. Eux aussi seront vendus aux enchères. Tout comme de nombreuses affiches, représentant les symboles nantais, illustrées par Jean Jullien.

Le volatile géant du Nid a été détruit au cours de son démontage.
Le volatile géant du Nid a été détruit au cours de son démontage. - F.Elsner/20Minutes

« J’espère que cette vente plaira. La dispersion permettra de retrouver un petit peu du Nid chez des habitants, dans des institutions, des entreprises peut-être. C’est une bonne chose que l’histoire se termine ainsi », réagit Eric Warin. Les acheteurs ne devraient pas trop manquer. « On observe un sérieux engouement pour ces lots, confirme-t-on à l’hôtel des ventes Talma. Beaucoup de gens ont exprimé leur intérêt, notamment lors de la présentation ce mercredi. » *La vente aux enchères, qui débute à 14h, s’effectuera à la fois en présentiel et en ligne.