Nantes : Le squat de l’Orangerie évacué, 170 migrants relogés ce mardi

MIGRANTS Les exilés sont transférés dans des centres de vacances pour y être hebérgés

Frédéric Brenon

— 

Environ 120 migrants occupent un immeuble de bureau désaffecté à Nantes
Environ 120 migrants occupent un immeuble de bureau désaffecté à Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes

Ils étaient installés là depuis début novembre. Les quelque 170 exilés ayant trouvé refuge dans un immeuble de bureaux désaffectés du quartier Gare maritime à Nantes ont été évacués et relogés dans lieux d’hébergement plus dignes ce mardi matin. Ce squat de la rue Daubenton, baptisé l’Orangerie en référence à l’ancienne entreprise occupante (Orange), ne disposait ni d’électricité, ni de chauffage.

Les migrants, parmi lesquels une majorité de demandeurs d’asile, ont été pris en charge peu avant 8 h par la mairie de Nantes et les services de l’Etat. Ils sont transférés dans des centres de vacances de Loire-Atlantique dans le cadre d’une « mise à l’abri », rapporte la ville de Nantes. « A ce stade les choses se passent sereinement », indique Johanna Rolland, maire PS de Nantes. Les sites d’hébergement se trouvent principalement sur le littoral.

Relogement aussi à la Maison du peuple

En parallèle, une évaluation des migrants installés dans un autre squat nantais, celui de l'ancien collège Notre-Dame-du-Bon-Conseil, quartier Graslin, se déroule également ce mardi matin. Plus d'une centaine de personnes de personnes sans abri logent depuis plus d'un an dans une partie de cet établissement désaffecté et rebaptisé « Maison du peuple ». Elles devraient être relogées ce mardi par les services de l'Etat.

Quelques jours avant Noël, l’ancien gymnase de Talensac, squatté par d’autres personnes en exil, avait, lui, déjà été évacué. Environ 120 occupants avaient alors été relogés dans l’ancienne auberge de jeunesse de la Manufacture, mise à disposition par la mairie de Nantes. Une quarantaine avait aussi été « mise à l’abri » dans différents logements appartenant à la ville de Nantes.