A Nantes, la mobilisation atteint le niveau des manifs anti-CPE

— 

Une foule épaisse et interminable. Plus de 50 000 personnes selon les syndicats, 40 000 selon la police, ont défilé dans les rues de Nantes hier après-midi, soit la plus grosse mobilisation depuis le mouvement anti-CPE d'avril 2006. « C'est exceptionnel, observe Yvan Ricordeau, chef de file de la CFDT 44. Tous les cercles de manifestants habituels sont dépassés. C'est le signe que la colère est grande et que l'envie de se battre l'a emporté sur la résignation. » Dans les rangs du cortège, qui avait parfois des allures de carnaval festif aux revendications multiples, se trouvait pêle-mêle salariés du privé, fonctionnaires, retraités, étudiants ou élus de gauche. Sans oublier de nombreux adolescents, lycéens pour la plupart.

A Saint-Nazaire, où la manifestation a compté plus de 10 000 personnes, des heurts ont éclaté entre des « casseurs » et les forces de l'ordre. Ces dernières ont été la cible de jets de pierres et de canettes. Très suivie dans les administrations hier, la grève a fortement touché les écoles et collèges. Les transports collectifs ont été plus modérément perturbés. ■ Lire aussi p. 6 et 7