Les Tunisiens nantais ne désarment pas

— 

Leurs rassemblements sont passés inaperçus, jusqu'à présent. Les Nantais originaires de la région de Redeyef (Tunisie) vont à nouveau se mobiliser demain (15 h) devant la préfecture. Objectif : soutenir à distance les trente-trois meneurs du mouvement social de janvier 2008, condamnés en Tunisie à des peines allant d'un à dix ans de prison ferme. Ils avaient pourtant « manifesté pacifiquement », rapporte l'antenne nantaise de la Ligue des droits de l'homme (LDH), après un concours de recrutement truqué dans les mines de phosphates. Leur procès en appel se déroule mardi.

Redeyef entretient un lien particulier avec Nantes. Près de 2 000 Tunisiens originaires de cette partie du pays habitent la cité des Ducs de Bretagne. Le bâtiment du Sillon de Bretagne, à Saint-Herblain, a en effet été construit en grande partie par des ouvriers natifs de ce secteur. Aujourd'hui encore, l'immeuble est habité en grande partie par des ressortissants tunisiens. ■