Nantes : La facture du chaotique projet de nouveau musée Dobrée explose de 18 millions d'euros

TRAVAUX La réouverture du musée Dobrée, fermé depuis près de dix ans, s'éloigne encore

Julie Urbach

— 

Image de synthèse du nouveau musée Dobrée de Nantes
Image de synthèse du nouveau musée Dobrée de Nantes — Atelier Novembre © image : bildstudio.net
  • L’enveloppe pour l’extension et la réhabilitation du musée Dobrée va être considérablement alourdie, passant de 25 à 43 millions d'euros, a annoncé le conseil départemental de Loire-Atlantique.
  • C'est une nouvelle déconvenue dans ce projet de rénovation une nouvelle fois repoussé.

En 2017, il avait juré que cette fois, « le rendez-vous sera réussi ». Deux ans et demi plus tard, le président du conseil départemental de Loire-Atlantique a décidément du fil à retordre avec le chaotique projet de réhabilitation du musée Dobrée à Nantes. Ce vendredi après-midi, Philippe Grosvalet a en effet annoncé que le site, fermé depuis dix ans, ne rouvrira pas fin 2021-début 2022 comme prévu mais qu’il faudra attendre… la fin 2023 au mieux. Surtout, il a révélé que l’enveloppe pour l’extension et la réhabilitation du musée va être considérablement alourdie, passant de 25 à 43 millions d’euros !

« On a eu la très, très mauvaise surprise de constater que les prix étaient largement au-dessus des estimations, dont la barre avait peut-être été mise trop basse, reconnaît aujourd’hui Philippe Grosvalet. Il faut dire que ce chantier, avec trois générations de bâtiments, concentre beaucoup d’incertitudes, en plus des risques liés à la conjoncture et de l’augmentation des prix dans la commande publique. Très peu d’entreprises ont répondu à l’appel d’offres, malgré le lancement de trois procédures. » Visiblement embêté, l’élu n’a cependant pas cherché à éluder la situation : « J’en ai eu des dossiers à traiter mais j’avoue que celui-ci est particulièrement complexe. On peut dire que le sort s’acharne contre nous ! »

Deux recours déposés

Pour rappel, ce musée archéologique du centre-ville de Nantes, riche de 135.000 œuvres couvrant 500.000 ans et les cinq continents, est resté en l’état après qu’un premier projet a été retoqué à deux reprises par la justice, en raison d’une surface de construction trop étendue. Une deuxième version comptait miser sur « la sobriété » autant architecturale que financière. Seulement voilà : avec cette rallonge budgétaire, son montant global avoisine désormais celui de la transformation initiale ! De quoi probablement donner lieu à de vifs débats dans l’hémicycle du conseil départemental, qui doit se prononcer sur cette enveloppe, lundi.

Pour tenter de convaincre les élus, le président du conseil départemental et sa vice-présidente à la culture, Catherine Touchefeu, rappelleront « l’ambition » qu’ils souhaitent donner à l’établissement, classé musée de France, qui revendiquera à sa réouverture « l’éclectisme de ses collections ». Mais la perspective de déambuler de nouveau dans ses allées s’éloigne encore quand on sait que deux recours (l’un contre le permis de construire, l’autre pour la suspension des travaux qui ont démarré par du désamiantage et des fouilles archéologiques) déposés par une association de riverains doivent toujours être étudiés.

D’après le nouveau calendrier communiqué par le département, la prochaine étape des travaux devrait commencer au premier semestre 2021. « Il s’agira d’engager les travaux de terrassement, déconstruction des bâtiments enterrés et de la réalisation du gros œuvre, indique le conseil départemental. En parallèle, les couvertures des toits du palais Dobrée et du manoir Jean V seront entièrement renouvelées. »