Nantes : Gros coup de filet dans le monde du narcobanditisme nantais

STUPEFIANTS Le procureur de la République de Nantes a annoncé, ce mardi, le démantèlement d’un trafic de stupéfiants « très organisé »

Julie Urbach
— 
Le procureur de la République Pierre Sennes et le patron de la PJ Marc Perrot ont tenu une conférence de presse
Le procureur de la République Pierre Sennes et le patron de la PJ Marc Perrot ont tenu une conférence de presse — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Mardi dernier à Nantes, la police judiciaire a interpellé une dizaine de personnes, dont cinq ont été placées en détention provisoire.
  • Toutes sont soupçonnées de trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs, après la saisie de 2,5 kg d'héroïne et de 130.000 euros.

L’enquête, menée par la police judiciaire, aura duré deux ans. Ce mardi soir, le procureur de la République de Nantes a annoncé l’interpellation de dix personnes alimentant un trafic de stupéfiants « très organisé » dans la région nantaise, jusqu’en Vendée. Depuis ce « gros coup de filet », réalisé mardi dernier dans l’agglomération nantaise par la PJ avec l’aide notamment de la BRI et du Raid, cinq individus ont été placés en détention provisoire. Trois autres sont sous contrôle judiciaire, tous pour « trafic, importation de stupéfiants, et association de malfaiteurs ».

Lors des perquisitions, 2,5 kg d’héroïne, quatre armes de poing, et 130.000 euros ont été saisis en espèces ou sur des comptes bancaires. « Il s’agit de semi-grossistes, affirme Marc Perrot, chef de la PJ. Il y a là toute une ingénierie criminelle avec des produits directement récupérés sur les lieux de production, en Belgique ou en Hollande pour l’héroïne et la cocaïne, et au Maroc pour le cannabis. On estime qu’ils ont disposé d’une quarantaine de véhicules différents et de lignes téléphoniques en grand nombre. Il s’agit de professionnels du crime, rompus aux techniques policières. »

Impliqués dans des fusillades

Tous connus de la justice, ces trentenaires constituaient une « source d’approvisionnement importante » de stupéfiants, estime le procureur de la République Pierre Sennes. « On est au cœur du narcobanditisme, complète Marc Perrot. Plusieurs membres de cette équipe sont impliqués dans des fusillades, en tant qu’auteurs ou victimes d’ailleurs. En octobre dernier, l’un des individus avait été interpellé pour une tentative d’homicide survenue à Malakoff. » Plusieurs armes et de l’argent avaient déjà été saisis.

Quatre interpellations ont également eu lieu en Vendée, autour de La Roche-sur-Yon, où les suspects alimentaient des réseaux.