Coronavirus en Pays-de-la-Loire : Contaminations, hospitalisations, réa… Les indicateurs partout à la baisse

EPIDEMIE Le taux d'incidence régional du Covid-19 poursuit sa dégringolade. Quant aux hospitalisations, le pic a été atteint la semaine passée

Frédéric Brenon

— 

Du personnel hospitalier soignant des malades du Covid-19, au CHU de Nantes.
Du personnel hospitalier soignant des malades du Covid-19, au CHU de Nantes. — L.Venance/AFP
  • Les contaminations en Pays-de-la-Loire confirment leur baisse observée il y a maintenant près de quinze jours.
  • Les hospitalisations diminuent aussi, y compris en réanimation.
  • La Loire-Atlantique est devenue le département le moins touché par l’épidémie dans la région.

S’il est lourd de conséquences économiques, le confinement a, au moins, le mérite de porter ses fruits sur le plan sanitaire. Peut-être même au-delà des espérances en Pays-de-la-Loire. Après avoir grimpé en flèche il y a un mois, les principaux chiffres de l’épidémie de coronavirus pointent en effet clairement à la baisse dans la région, selon le dernier bulletin épidémiologique publié mardi soir par l'agence régionale de santé (ARS).

A commencer par le taux d’incidence, lequel mesure le nombre de nouveaux cas rapportés à la taille de la population. Il s’élève désormais à 111 pour 100.000 habitants en Pays-de-la-Loire, contre 198 une semaine plus tôt et 416 le 29 octobre au début du second confinement. C’est dans le département de la Mayenne que ce taux est le plus haut (152) et c’est désormais en Loire-Atlantique qu’il est le plus bas (96). Il fallait d’ailleurs remonter au 9 octobre pour observer un niveau de contaminations comparable dans ce département. A titre de comparaison, le taux d’incidence national est actuellement de 157 pour 100.000 habitants.

La situation se détend dans les hôpitaux

La tendance est la même si l’on regarde le taux de positivité, lequel mesure le nombre de cas positifs parmi les personnes se présentant à un test PCR. Celui-ci s’élève à 10,6 % en Pays-de-la-Loire. Alors qu’il était de 13,3 % il y a une semaine et 16,1 % au début du confinement. Aux urgences du CHU de Nantes, le nombre de cas positifs est même redescendu au niveau de mi-septembre.

L’autre bonne nouvelle concerne les hôpitaux. Les hospitalisations pour coronavirus, dont les résultats traduisent systématiquement un décalage d’une quinzaine de jours avec les contaminations, s’affichent également, enfin, en légère diminution. Un peu plus de 1.043 malades du Covid-19 sont actuellement hospitalisés en Pays-de-la-Loire, soit 2 % de moins que la semaine précédente, laquelle constituait un pic. Ce volume reste toutefois élevé (689 hospitalisations au début du confinement).

Pas d’euphorie en réanimation

Même constat dans les services de réanimation : 142 malades y sont actuellement soignés, soit 10 % de moins qu’il y a une semaine. S'il s'est nettement détendu en Loire-Atlantique, le taux d'occupation des lits en réanimation demeure préoccupant en Mayenne et en Vendée où plus de 50 % des lits sont pris.

Concernant les décès, le bilan s’alourdit pour atteindre 920 morts en Pays-de-la-Loire depuis février. Un chiffre auquel il faut ajouter 395 résidents décédés en Ehpad. Pas moins de 84 personnes ont perdu la vie en une semaine en raison du coronavirus dans la région.