Confinement à Nantes : Pour compenser sa fermeture, le bar à fromages prête sa brézière à raclette

MIAM Le bar « Le brie qui court » a trouvé le moyen de faire plaisir aux gourmands désireux de s’offrir une raclette traditionnelle à domicile malgré le confinement

Clara Le Nagard

— 

L'authentique brézière est fournie avec la demi-meule de raclette.
L'authentique brézière est fournie avec la demi-meule de raclette. — Le Brie qui court
  • « Le brie qui court » est le seul bar à fromages de Nantes, situé près du quartier Bouffay.
  • En réponse au confinement, il vend des demi-meules de raclette et propose aux clients d'emmener chez eux l'appareil traditionnel.

Ça y est. L’hiver pointe son nez et avec lui l’envie de se réchauffer… autour d’une bonne raclette ! A Nantes, rue des Carmes, le bar a fromages « Le brie qui court », qui a ouvert ses portes il y a deux ans, a trouvé une solution originale pour essayer de maintenir au mieux son activité malgré le  confinement : l’établissement, unique en son genre à Nantes, propose de prêter une brézière, la machine traditionnelle pour faire fondre la raclette, contre une demi-meule de fromage achetée.

La portion pèse pas moins de 2,5 kg. « On vend notre demi-meule 55 euros. C’est de la vraie raclette de Savoie, explique Coralie Chastrelet, la gérante du bar. Avec, les gens viennent chercher l’appareil à l’entrée du bar et en échange on demande un chèque de caution de 100 euros. En général, ils viennent le vendredi ou le samedi pour en profiter le week-end. Ils nous ramènent l’appareil le mercredi. »

« L’esprit vacances à la montagne »

Durant le premier confinement, Coralie et son conjoint Raphaël, qui s’occupe lui aussi du bar, s’étaient adaptés en faisant du "click en collect". Cette fois-ci, ils permettent aux gens de faire leur raclette chez eux, avec une vraie brézière de restaurant « L’hiver dernier on organisait des soirées raclette à volonté. Ce n’est plus possible alors on a mis en place le principe de location début novembre. Les gens sont ravis, on est vraiment dans la pleine saison pour manger de la raclette. Et puis de cette façon-là, ça rajoute l’esprit vacances à la montagne », déclare Coralie en rigolant.

Le bar possède trois brézières qu’il loue chaque semaine. « Tous nos appareils sortent à chaque fois donc ça marche plutôt bien », se réjouissent les cogérants.

Actuellement, seule la partie fromagerie du bar est autorisée à ouvrir. Les clients peuvent donc acheter du fromage ou venir chercher une commande le vendredi et toute la journée du samedi. En plus des prêts de brézières, « Le brie qui court » prépare des paniers de fromages et de charcuterie à emporter.