La police fait enfin peau neuve

Frédéric Brenon

— 

Dix ans après le lancement du projet, le nouvel hôtel de police de Nantes a ouvert ses portes, place Waldeck-Rousseau. Tour du propriétaire avec le patron des lieux, François Mainsard, directeur de la sécurité publique.

Le bâtiment Réparti sur sept niveaux, il propose davantage d'espace (10 000 m2), de confort, de couleurs et de sécurité que l'ancien commissariat. « Comparé à avant, c'est le jour et la nuit. On était serrés dans des locaux archaïques. Alors, forcément, les fonctionnaires sont satisfaits. Certains attendaient ça depuis des dizaines d'années. » Principalement financée par l'Etat, la construction aura coûté 30 millions d'euros.

L'accueil « Il est beaucoup plus pratique, on peut recevoir les gens et enregistrer les plaintes dans de bonnes conditions. C'est encore le démarrage pour l'instant, donc ça va s'améliorer. Il y aura aussi des places de parking réservées au public quand les travaux de voirie seront finis. »

La salle de commandement Avec ses huit écrans numériques, son réseau de vidéosurveillance et ses 400 m2, c'est un bijou technologique. « Avant, avec seulement la radio, nous étions aveugles. Désormais, grâce à la géolocalisation, nous pouvons suivre sur une carte en temps réel le positionnement de l'ensemble nos véhicules. »

Le fonctionnement L'état-major et la sûreté départementale sont rejoints par la police judiciaire, la police aux frontières et la nouvelle direction centrale du renseignement intérieur. Plus de 1 100 agents au total. « C'est la première fois que tous les policiers nantais sont regroupés. Ça va faciliter l'échange entre services et, donc, la qualité des enquêtes. » ■