La fac de droit enseigne la grogne

— 

Traditionnellement, sur les campus, les facs de droit sont les dernières à se mettre en grève. Aujourd'hui, celle de Nantes organise donc une simple journée de conférences « Fac en colère », pour protester contre la réforme du statut des enseignants-chercheurs. « Le projet de décret, qui a été transmis au conseil d'Etat et doit être adopté sous quinze jours par le gouvernement, conçoit l'enseignement comme une punition : les chercheurs mal notés se verront attribuer davantage d'heures d'enseignement, et donc moins d'heures de recherche », explique Gilles Dumont, doyen de la faculté de droit et de sciences politiques.

Cinq conférences « pédagogiques » vont ainsi avoir lieu tout au long de la journée, en lieu et place des cours, pour présenter le métier d'enseignant-chercheur aux 3 500 étudiants de la fac. « Ils ne sont pas au courant du projet de décret, comme d'ailleurs beaucoup d'universitaires eux-mêmes », justifie Gilles Dumont. ■ G. F.