Ils encaissent les coups de fil

Frédéric Brenon

— 

« C'est une population jeune, confrontée à beaucoup de pression, soumise à un rythme et des horaires difficiles, et qui est souvent isolée au sein de l'entreprise. » Le tableau brossé par le syndicat CDFT n'est pas très reluisant. Il concerne pourtant près de 25 000 salariés en Pays de la Loire. Ceux-ci appartiennent à différentes branches professionnelles (santé, banque, impôts...) mais exercent une activité similaire : conseiller téléphonique en centre d'appel. Egalement appelées centre de relations clients, ces plateformes pouvant accueillir jusqu'à 500 personnes se sont multipliées ces dix dernières années, notamment dans l'agglomération nantaise. La CFDT a décidé d'y lancer une campagne d'information afin d'améliorer les conditions de travail.

« Les centres d'appels sont un secteur syndicalement encore peu exploré, explique Jérôme Tessier, de l'Union régionale CFDT. L'objectif de notre démarche est que les salariés soient mieux informés de leurs droits et qu'ils n'hésitent pas à s'organiser au sein de leur entreprise. C'est le meilleur moyen de placer l'employeur face à ses responsabilités. » Au-delà du personnel, le syndicat aimerait aussi convaincre les clients d'être plus conciliants : « Quelque soit le problème, n'oublions pas qu'il y a un salarié au bout du fil. » ■