Nantes : Un collectif lance une pétition contre le nouveau CHU, en espérant faire capoter le projet

SANTE Le nouvel hôpital public, qui doit ouvrir sur l’île de Nantes en 2026, est contesté

Frédéric Brenon
— 
L'énorme site hospitalier Hôtel-Dieu du CHU de Nantes devrait fermer en 2026.
L'énorme site hospitalier Hôtel-Dieu du CHU de Nantes devrait fermer en 2026. — S.Salom-Gomis/Sipa

L’action de la dernière chance ? Un collectif rassemblant des syndicalistes, militants politiques et habitants de l’agglomération lance une pétition contre le projet de nouveau CHU sur l’île de Nantes. Le calendrier du futur hôpital public, qui regroupera les sites hospitaliers Laënnec et Hôtel-Dieu à l’horizon 2026, est pourtant bien avancé. Le Marché d’intérêt national (MIN) a en effet été démoli, le CHU est devenu propriétaire du terrain de 10 ha situé au pied du pont des Trois-Continents, et les travaux sont imminents. Mais les opposants espèrent encore pouvoir faire capoter le projet.

Pour cela, le Collectif stop au transfert du CHU mise sur un sursaut de la population. Outre une pétition destinée au ministre de la Santé, un site Internet d'information a été créé. Une réunion publique, en ligne, sera également proposée jeudi 26 novembre.

« Tirons les leçons de la crise et appuyons sur pause »

Le collectif, qui regroupe notamment le syndicat CGT et le parti politique La France insoumise, reproche au futur hôpital d’être « inadapté et sous-dimensionné » (réduction annoncée du nombre de lits), d’être bâti sur un « site unique en zone inondable » n’offrant « pas de possibilité d’extension », d’être un « chantier pharaonique d’au moins un milliard d’euros », et d’avoir été lancé « sans débat ou presque ».

Image de synthèse du futur CHU de Nantes, en bord de Loire.
Image de synthèse du futur CHU de Nantes, en bord de Loire. - Art&Build-Pargade

« Tirons les leçons de la crise sanitaireAppuyons sur pause et réévaluons collectivement le projet pour qu’il réponde aux besoins des habitants du territoire et soit digne d’un service public de la santé pour tous », réclame le Collectif stop au transfert du CHU.

Soutenu par l'Etat et Johanna Rolland

La droite nantaise, emmenée par Laurence Garnier (LR), et les écologistes nantais, portés par Julie Laernoes (EELV), sont également opposés au projet. Mais ils ne sont pas membres de ce collectif.

Le transfert du CHU est soutenu par l’Etat, par la maire de Nantes et par une partie de la communauté médicale. Ils considèrent qu'un nouvel hôpital sur un site unique améliorera les performances du CHU, de ses chercheurs et de ses enseignants. Ils estiment aussi que l’hôpital doit rester « au centre de la cité ».