Confinement à Nantes : Un marché de Noël virtuel pour « flâner comme si on était en ville » vient d'ouvrir

COMMERCES Deux collectifs nantais spécialisés dans le web ont créé le tout nouveau site « Mon Noël nantais », qui regroupe déjà 110 commerçants

Julie Urbach

— 

Le site Internet Mon Noel Nantais a été lancé jeudi soir
Le site Internet Mon Noel Nantais a été lancé jeudi soir — J. Urbach/ 20 Minutes

Alors que la majorité des boutiques du centre-ville vont rester fermées en raison du confinement, certains Nantais y ont pourtant déjà commencé leurs emplettes… Depuis jeudi soir, ils sont déjà nombreux à s’être connectés sur Mon Noël nantais, un marché virtuel réunissant quelque 110 commerçants et artisans de l’agglomération.

Créé en « un temps record » par deux collectifs nantais de freelances spécialisés dans le web (Moon moon et We are Popeye), Mon Noël nantais se présente comme un site de vente en ligne. Chaque boutique a pu y proposer une sélection de produits, et il y en a pour tous les goûts : bijoux de créateur, petits carnets, bonnes bouteilles, jouets, objets de déco… Gros point fort, la plateforme n’est pas qu’une vitrine mais permet d’acheter directement en ligne. Pour le moment, seule la livraison est possible en attendant le service de « click and collect ». Environ 600 produits sont déjà référencés (certains sont déjà épuisés), et de nouvelles boutiques sont attendues.

Inscription gratuite

« L’objectif était de donner un coup de pouce aux commerçants pour qui ce Noël va être vraiment compliqué, explique Marc Guesneau, l’un des cofondateurs. On a voulu créer quelque chose de facile, avec une entrée par produits, pour avoir l’impression de flâner comme si on était en ville. On espère qu’il permettra aux Nantais de consommer local et aux commerçants, même ceux qui sont fâchés avec l’informatique, de se faire connaître. »

Ce projet solidaire l’est d’autant plus que l’inscription sur la plateforme est gratuite pour les professionnels. Seule une commission de 4 % sera prélevée par le système de paiement. Le site, créé en parallèle de la marketplace nantaise Ma ville mon shopping, devrait rester en ligne jusqu’à la fin du mois de janvier. Ses sept créateurs, qui passent « tous leurs week-ends dessus », promettent qu’ils mettront « tous les moyens possibles en publicité et en communication » pour que les internautes soient au rendez-vous. D’autres initiatives similaires émergent un peu partout en France.