Confinement à Nantes : Des coiffeurs « débordés » pour leur dernier jour d'ouverture

REPORTAGE Alors que le reconfinement sera mis en place partout en France à partir de minuit, les coiffeurs de la ville de Nantes sont sur le pont pour une dernière journée particulièrement chargée

Clara Le Nagard

— 

Au salon Joaquim Coiffure, rue Jean-Jacques Rousseau.
Au salon Joaquim Coiffure, rue Jean-Jacques Rousseau. — Clara Le Nagard / 20 Minutes
  • Les coiffeurs nantais vivent une dernière journée bien chargée la veille du reconfinement.
  • Beaucoup de rendez-vous sont refusés pour cause de planning complet.
  • Les salons interrogés ont tous décidé d’aménager leurs horaires pour fermer plus tard.

« Le téléphone n’arrête pas de sonner. » Partout le même discours. Alors que le reconfinement  national prendra vigueur ce jeudi à minuit sur l’ensemble du territoire, les coiffeurs de Nantes sont submergés par les rendez-vous.

Au salon Joaquim Coiffure, rue Jean-Jacques Rousseau, les clients se font chouchouter une dernière fois pendant que d’autres attendent à l’entrée. « On a dû refuser une quarantaine de rendez-vous pour aujourd’hui, raconte Bruno, un coiffeur de l’enseigne. On est clairement débordés, ça n’arrête pas. Du coup, on va faire une nocturne et finir à 21 heures ce soir. » Tout en coiffant Dany, une habituée, il renchérit : « Franchement ils auraient pu attendre deux jours de plus et fermer samedi. » Comme beaucoup d’autres commerces dits non essentiels, les coiffeurs seront obligés de fermer leurs portes ce soir et ce pendant toute la durée du confinement.

« On ne peut pas prendre tout le monde »

Un petit peu plus loin dans la rue, même son de cloche chez Thierry Coiffure. Janie est un peu dépitée à cause des annonces de mercredi soir. « On fait tout ce qu’il faut et nous voilà à nouveau obligés de fermer, dit la patronne, d’un air désabusé. On devait faire des travaux au salon le 11 novembre, malheureusement ça ne va pas pouvoir se faire. Je suis persuadée qu’on ne sera pas ouverts le 1er décembre. Je n’espère plus grand-chose honnêtement. »

Pour gérer la situation au mieux, elle avoue être ouverte depuis 7 heures ce matin et jusqu’à 23 heures ce soir. « On ne peut même pas prendre tout le monde. » Alors que le téléphone recommence à sonner, Rémy, qui travaille dans un bar juste à côté, passe la porte. « Je viens pour me faire couper les cheveux à cause du confinement, c’est sûr, mais aussi parce que ce sont des copains, confie le jeune homme. On est voisins toute l’année donc on peut bien venir donner un petit coup de pouce ! Je trouve ça normal. »

Coupes, brushing, couleurs

L’affluence exceptionnelle se confirme dans tous les salons interrogés. Car cette fois, pas question pour les confinés de jouer les apprentis-coiffeurs. « On essaye de caler tout le monde mais c’est compliqué, avoue Florian chez CL Coiffure. Les gens viennent vraiment pour tout : coupes, brushing, couleurs… Ça va être une grosse journée. »

Rue Racine, au Salon qui parle, elle finira à 22 heures, et « tant pis s’il fait nuit ». Laurent tente de faire face mais regrette d’avoir été pris de court. « Franchement c’est lamentable. Même pour la clientèle honnêtement ce n’est pas correct, déclare-t-il. On aurait été avertis il y a huit jours encore, on aurait pu se préparer mais là… »