Confinement à Nantes : Dans les médiathèques, la ruée pour faire « le plein de livres avant de s’enfermer »

REPORTAGE En vue du reconfinement, une foule inhabituelle s’est déplacée dans les bibliothèques nantaises ce jeudi

Julie Urbach

— 

Devant la médiathèque Jacques Demy à Nantes, à la veille du confinement
Devant la médiathèque Jacques Demy à Nantes, à la veille du confinement — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Il y avait du monde ce jeudi dans les médiathèques Jacques-Demy et Lisa-Bresner à Nantes.
  • Même si la fermeture des bibliothèques n'a pas encore été officialisée, beaucoup sont venus faire le plein par précaution.

Il n’y a pas que dans les supermarchés ou chez les coiffeurs que les Français se précipitent. Alors qu’un nouveau confinement doit entrer en vigueur ce jeudi soir, c’est aussi la ruée dans les bibliothèques. A Nantes, Corinne a patienté une heure devant la médiathèque Jacques-Demy du centre-ville pour être la première à pouvoir y pénétrer, dès l’ouverture à 12 heures. « Pendant le premier confinement, ça m’avait beaucoup manqué, confie la retraitée. Avec les DVD et les romans que je suis venue chercher, j’espère que ça se passera mieux. » Derrière elle, une cinquantaine de personnes au moins, équipées de cabas ou de chariots à roulettes, se sont également déplacées.

Une fois à l’intérieur, les bornes de retour sont prises d’assaut, étape incontournable pour pouvoir emprunter de nouveau le maximum de 15 documents autorisés. Ici, tout le monde a la même stratégie : « on rend tout ce que l’on avait chez soi, puis on fait le plein de livres avant de s’enfermer », explique un couple. Parmi les plus demandés, les BD, romans, et autres ouvrages jeunesse. « On est venus la semaine dernière mais on a déjà tout lu, sourit Pauline, mère de trois enfants, qui a carrément souscrit deux abonnements. On est de très gros lecteurs à la maison, donc c’est évident que 30 livres seront insuffisants pour tout le mois de novembre… » Une autre maman, elle, s’est inscrite in extremis : « Je voulais le faire depuis un moment, confie-t-elle, sa petite carte en main. Le reconfinement m’a poussé à venir… »

Le sort des bibliothèques pas encore scellé

En fait, cette foule inhabituelle a commencé à débouler dès mercredi, alors que la perspective d’un reconfinement devenait de plus en plus réelle. A la médiathèque Lisa-Bresner, quartier Bellevue, on a même approché la jauge maximale, fixée à 107 personnes. Ce jeudi, le téléphone ne cesse de sonner et l’affluence est toujours au rendez-vous. Devant la porte, Kristin patiente avec sa nièce, Maria, en CM1. La première est à la recherche de romans en Russe et d’un livre de grammaire pour se perfectionner en Français tandis que la deuxième espère trouver des mangas. « La dernière fois, c’était difficile, avoue la petite fille, fan de Naruto. J’ai joué avec mon frère aux jeux vidéos mais je me suis aussi un peu ennuyée. »

Contrairement aux librairies, dont la fermeture a été annoncée par le Premier ministre, le sort des bibliothèques et médiathèques n’était pas complètement scellé (il s’agit de lieux accueillant de public, mais également d’un service public), ce jeudi après-midi. Plus tard dans la soirée, la mairie a confirmé leur fermeture et a indiqué qu'un système de drive était en préparation. En attendant, que les usagers qui n’ont pas pu rapporter leurs livres à temps se rassurent : la durée des prêts sera prolongée. Les ressources numériques (accès à la presse, Arte VOD…) sont toujours accessibles en ligne pour les abonnés.