Nantes : L'exposition Hypnose captive les visiteurs au Musée d'arts

ARTS Depuis le 16 octobre, la grande exposition Hypnose, au Musée d’arts nantais, retrace le parcours historique et artistique, méconnu du grand public, de cet état de conscience qui fascine

Clara Le Nagard

— 

L'installation immersive de Tony Ourlser dans la Chapelle de l'Oratoire.
L'installation immersive de Tony Ourlser dans la Chapelle de l'Oratoire. — Clara Le Nagard / 20 Minutes
  • L’exposition sera présente au Musée d’arts de Nantes jusqu’au 31 janvier 2021.
  • Le parcours se déroule en deux temps : l’histoire de l’hypnose à travers les arts dans le Cube et l’immersion via l’œuvre de Tony Oursler dans la Chapelle de l’Oratoire.

Lumières tamisées, regards interrogateurs, chuchotements discrets… L’exposition Hypnose, qui a donné le coup d’envoi des vacances scolaires, attire petits et grands, curieux de découvrir l’histoire culturelle de l’hypnotisme au Musée d’arts de Nantes.

Christophe, papa de la petite Clélia, est venu avec sa fille pour les vacances : « Je trouve ça vraiment original ! Il y a des projections, des tableaux, c’est une expo accessible aux plus jeunes, explique-t-il en regardant sa fille. Evidemment, elle est encore petite mais je lui résume les idées principales. » Clélia, 9 ans, semble ravie. « C’est super ! s’exclame-t-elle. Avec les dessins, les films, on comprend mieux. »

Fresque historique

L’exposition qui a démarré le 16 octobre dernier, explique l’histoire et l’évolution de l’hypnose a travers quatre siècles, du XVIIIe siècle à nos jours. Le baquet à magnétiser de Mesmer de 1784, la mise en avant du «magnétiseur maléfique» dans le cinéma expressionniste des années 1920-1930, le renouveau de l’hypnose à partir des années 1970… Six sections, réparties en neuf salles, permettent de mieux comprendre cet état modifié de conscience.

Dans les salles 4 et 5, les artistes surréalistes et le cinéma expressionniste des années 1920-1930 sont mis à l’honneur. Aziliz regarde attentivement les projections : « Je ne vais pas souvent voir d’expos, mais quand j’y vais c’est pour me faire du bien, confie-t-elle. L’hypnose est un sujet original et finalement, très actuel. J’ai le projet d’emmener mes filles pour qu’elles prennent conscience de l’impact des écrans, de l’addiction qui peut en découler… »

«Tous les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux»

La dernière section du parcours s’intéresse au renouveau de l’hypnose à partir des années 1970. Une œuvre fait sensation : l«Hommage à Emile Coué» d’Alain Séchas captive les visiteurs. Le dispositif sonore, accroché au mur, fait tourner une spirale qui s’accélère au rythme d’une voix intrigante répétant «Tous les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux».

Au fond, l'oeuvre murale et sonore Hommage à Emile Coué d'Alain Séchas
Au fond, l'oeuvre murale et sonore Hommage à Emile Coué d'Alain Séchas - Clara Le Nagard / 20 Minutes

« C’est étonnant comme œuvre », déclare Nicolas. Originaire du Nord, il est venu à Nantes avec sa sœur et son petit garçon. « On a vu des affiches un peu partout dans la ville et on s’est dit que ça pourrait être une expérience «hors du commun». On fait nos touristes », ajoute-t-il en souriant.

Installation immersive

Petit à petit, les visiteurs quittent le Cube pour se diriger vers la Chapelle de l’Oratoire. Avant de pénétrer le lieu, des rires effrayants parviennent aux oreilles des touristes… A l’intérieur, la pièce est plongée dans la pénombre. Une douzaine d’œuvres de l’artiste américain Tony Oursler, mêlant sculpture et art vidéo, transforment l’espace. Les projections au sol et au plafond, parfois avec du relief, nous plongent dans les angoisses contemporaines liées aux technologies numériques.

Louane, 8 ans et demi, ne semble pas terrorisée « Les effets spéciaux sont super ! s’écrie-t-elle. L’animation que j’ai préférée, c’est la spirale avec la voix qui répète toujours la même phrase. » « Ça s’appelle l’auto persuasion », sourit sa mère.

Le lancement de l’exposition, qui s’est déroulé le même jour que le début des vacances scolaires, connaît un beau succès. « Avant, on était entre 500 et 800 visiteurs par jour au musée, déclare Morgane, agent d’accueil. Depuis les vacances, on est plus entre 1.000 et 1.600 personnes et un tiers des visiteurs viennent pour voir l’expo. » Hypnose est présentée jusqu’au 31 janvier 2021.