Nantes : « Que Bouguenais ne soit pas un petit Bellevue »… La maire appelle ses habitants à lutter contre l’insécurité

SECURITE Vendredi, Sandra Impériale, la maire de Bouguenais, a présenté un dispositif de participation citoyenne permettant aux habitants de signaler délinquances et incivilités

David Phelippeau
— 
Le bourg de Bouguenais.
Le bourg de Bouguenais. — F.Brenon/20 Minutes
  • Sandra Impériale (centre-droit et soutenue par LREM), qui a fait basculer Bouguenais à droite en juin, avait axé sa campagne sur la sécurité.
  • Vendredi, elle a présenté un dispositif de participation citoyenne pour lutter contre les incivilités, dégradations ou encore les cambriolages.
  • Deux réunions publiques auront lieu, mardi, au Pianoc’ktail, pour présenter le dispositif aux Bouguenaisiens.

« On n’est pas là pour mettre la poussière sous le tapis… » Sandra Impériale (soutenue par LREM), qui a remporté en juin la mairie de Bouguenais  ancrée à gauche depuis 1971, passe la vitesse supérieure sur la sécurité, un thème sur lequel elle avait axé sa campagne. Mardi soir, deux réunions publiques ( sur inscription), à 18 h 30 (déjà complète) et 20 h, auront lieu au Piano’cktail. Objectif : présenter aux Bouguenaisiens le nouveau dispositif de participation citoyenne pour lutter contre les incivilités, dégradations ou encore les cambriolages.

Une alternative aux « voisins vigilants »

L’opération, lancée par l’ancienne équipe municipale en 2019, est plus poussée et organisée que celle bien connue de « voisins vigilants ». La démarche est fondée sur la solidarité de voisinage et est encadrée par la signature d’un protocole entre le préfet, le maire et la gendarmerie. L’initiative existe déjà en Loire-Atlantique, notamment à Vertou.

Concrètement, comment ça marche ? Des groupes WhatsApp par quartier et un groupe Facebook sécurité de la ville seront créés. Les habitants pourront signaler « tout fait particulier » sur les différents supports. Des citoyens référents seront déterminés pour les différents groupes et ils auront pour rôle d’alerter la gendarmerie par mail.

Les gens ne doivent pas se prendre « pour des shérifs »

« Il ne faut pas non plus que les gens se prennent pour des shérifs, ce n’est pas une milice, explique Christophe Koehler, responsable de la police municipale. On veut que les habitants deviennent acteurs de la sécurité dans leur quartier. » Une voiture suspecte mal garée, un individu sortant du domicile du voisin avec une télévision ou une personne inconnue faisant des allers-retours dans la rue, la mairie incite les habitants à alerter.

« Je ne veux pas que Bouguenais [20.000 habitants] soit un "petit Bellevue" [quartier ouest de Nantes], voilà ce que j’entends souvent de la part des habitants, souffle Sandra Impériale, qui affirme alors qu’une dizaine de cambriolages a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi dans la seule rue Jean-Mermoz, quartier des Couëts. Il faut s’attaquer à la racine du problème maintenant et faire baisser l’insécurité et le sentiment d’insécurité. » « L’embryon de "petit Bellevue" doit être tué dans l’œuf », renchérit Christophe Koehler.

Toujours dans le domaine sécuritaire, la maire a indiqué que, avant la fin de son mandat, elle prévoit d’augmenter le nombre de policiers municipaux (de trois à six). Elle annonce aussi l’installation d’une vingtaine de caméras dissuasives. Lesquels ne feront pas partie du dispositif du centre de supervision urbain de Nantes métropole, pour des raisons financières. La ville de Bouguenais lancera un appel d’offres bientôt et engagera ses propres deniers pour l’installation, prévue en milieu d’année prochaine, de ces caméras.

L’opposition s’interroge sur « la place donnée à la prévention »

Gauthier Lorthiois (PC), candidat battu par Sandra Impériale aux élections et dans l’opposition maintenant, regrette de ne pas avoir de réponse sur « la place donnée à la prévention » par la maire et son équipe. « Cela passe par des médiateurs professionnels, associatifs ou municipaux pour faciliter le vivre ensemble. » Il rappelle aussi que le dispositif de participation citoyenne avait déjà été lancé par l’ancienne municipalité Martine Le Jeune, PS, dont il était le premier adjoint, mais que la tenue des élections et surtout l’arrivée du Covid-19 avaient tout suspendu.