Ils avaient séquestré leur big boss

— 

Six anciens salariés d'une usine de camping-cars Autostar de Saint-Brandan (Côtes d'Armor) étaient jugés hier à Nantes, après la « séquestration » de leur PDG et de leur DRH en mars 2003. Ces derniers étaient venus spécialement de Paris, alors que l'usine était paralysée par une grève depuis neuf jours. Les négociations salariales n'ayant pas abouti, les deux dirigeants n'avaient pu reprendre leur voiture de location pour regagner la gare. Des palettes bloquaient les roues du véhicule, encerclé par une soixantaine de grévistes « éméchés », selon le PDG du groupe Trigano (4 300 salariés).

« Il veut donner un exemple aux employés de son groupe en massacrant de pauvres gens comme nous », dénonce René, 51 ans, l'un des six prévenus. « Placardisé » après les faits, d'après lui, l'homme n'a depuis pas retrouvé d'emploi stable dans la région de Saint-Brieuc. Des amendes avec sursis ont été requises à l'encontre des prévenus. Décision mercredi. ■ G. F.